clin d'œil féminin

Beaucoup de préjugés, de prétentions, de divagations et de mensonges ont désorienté les femmes et les hommes

Le caftan

**Les merveilles du caftan.

Le caftan 15364310

caftan-2012-satin-1.jpg

Le caftan

lkvsljw1

file.php?49,file=26374,filename=0013a

caftan+alger

zineb-obeid-caftan-marocain5-1.jpg

milanesta-8fccb1d34a-large-1

c-a.jpg

mg-7763.jpg

caftan-dun-soir-28-01-2012-10-1.jpg

driss.jpg

Magnifique Caftan

3745222.jpg

***********************************

 «Le Maghreb constitue  le bastion du caftan»

Hind Joudar. Auteure du beau livre  »Les merveilles du caftan 

Diplômée en droit et en management, Hind Joudar a débuté dans le monde professionnel en tant que juriste conseil d’entreprise, avant d’ouvrir son propre cabinet de consulting qu’elle dirige d’une main de fer à Paris. C’est parce qu’elle a toujours été fascinée par le caftan qu’elle a organisé à Paris plusieurs défilés de mode consacrés au caftan. Sa passion est telle qu’elle vient de publier aux éditions Marsam un beau livre, Les merveilles du caftan.

-Vous venez de publier en France un beau livre mettent en exergue la richesse du caftan traditionnel. Comment est née la genèse de ce projet ?

Le projet du livre est né suite aux défilés que j’ai organisés à Paris pour promouvoir le caftan. C’était les premiers défilés parisiens consacrés au caftan et au vêtement oriental. Vêtement à l’histoire riche et profonde, tout  à fait exceptionnelle. J’ai voulu le connaître un peu plus, alors j’ai commencé à faire des recherches. Je n’ai trouvé, au départ, qu’une définition dans le dictionnaire Larousse, le décrivant comme un vêtement en forme de «T». Une définition inadéquate pour un vêtement aussi chargé de sens ! Je n’ai pu m’en contenter… J’ai élargi mes recherches et j’ai trouvé d’autres définitions qui m’ont rassurée, mais point satisfaite : robe longue, ample et richement ornée, d’origine russe.Je suis restée perplexe ! Je voulais en savoir plus, aller à la source. Je découvris alors une réalité historique et géographique qui m’a conforté dans mon sentiment.

-Pour les besoins de cet ouvrage, intéressent à plus d’un titre, vous avez eu recours à un travail de recherche appréciable…

Le caftan était le sujet principal de mes recherches, progressivement et tout au long de mes investigations, sont apparues d’autres dénominations, mais une seule description.Le mot caftan est une appellation franco-turque décrivant un vêtement oriental. J’ai découvert aussi une réalité beaucoup plus vaste. La source remonte à l’empire de chine pour s’ancrer dans les traditions de l’Asie mineure et de l’Andalousie pour atterrir enfin au Maghreb. J’ai aussi découvert la richesse extraordinaire et la diversité du vêtement algérien. D’ailleurs, une partie de mes recherches s’était effectuée au centre culturel algérien à Paris. Je remercie, à l’occasion, le personnel qui m’avait accueillie avec générosité et a mis à ma disposition des documents et des archives fort utiles.

-Si, au départ, votre objectif premier était de revenir sur l’historique du caftan marocain, vous avez découvert, au fil de vos recherches, l’influence de cet habit à travers certaines civilisations…

Le caftan est un vêtement à vocation universelle. Il se décline au gré des civilisations qui l’adoptent. Il a évolué dans un vaste espace, valorisé par de multiples courants culturels. La méditerranée est le fief du caftan, les conquêtes ont laissé des traces ancrées dans les mentalités et les traditions populaires. Son influence s’est étendue à la civilisation occidentale dès les premières campagnes orientalistes, qui a vu dans ce vêtement un sujet de littérature fort utile pour mieux comprendre les mœurs des orientaux. A sa richesse anthropologique s’ajoutait une richesse économique ; en effet, pour sa confection, des matériaux précieux tels que les étoffes, les perles, le fil d’or et d’argent faisait la richesse des commerçants et des artisans qui négociaient dans ce secteur. Le caftan a eu une grande influence chez les créateurs européens dès le début du XXe siècle. Mario Fortuny, Paquin, Lanvin et notamment Yves Saint-Laurent qui a marqué ses créations de l’esprit du caftan.

-Ne caressez-vous pas le rêve de mettre ce beau livre à la disposition du lecteur potentiel algérien, friand de ce genre de lecture ?

Mon plus grand plaisir est de partager le contenu de mes recherches avec le public algérien. J’ai consacré un chapitre à la richesse et à la diversité du vêtement algérien, qui partage avec le caftan la même racine andalouse.
La proximité du Maroc et de l’Algérie a créé une profusion créative peu commune, preuve de notre héritage commun. Le Maghreb constitue un bastion du caftan. Sous une variété étymologique (caftan, karakou, jebba…), existe une même réalité historique.*El Watan-22.09.2012.

*******************************

*Défilé de mariées à la mode orientale

86090-HARjeNMvPsO5qiLYnl7X_Q

*cliquer ici: Robes de mariées

****************************************************

Résultat de recherche d'images pour "Karakou, caftan, hayek et Melhfa"

Karakou, caftan, hayek et Melhfa

Un patrimoine identitaire en danger

De par son histoire millénaire si riche et les civilisations qui y sont passées, l’Algérie détient, sans prétention aucune, et par excellence, l’un des patrimoines vestimentaires les plus riches de tout le Maghreb.

Chaque région détient une pièce, ou carrément une tenue qui l’identifie et lui procure ce cachet propre à elle. En 2012, l’Algérie a introduit auprès de l’Unesco une demande de classement des traditions nuptiales de la ville de Tlemcen, dont la chedda (tenue de la jeune mariée) au patrimoine immatériel universel.

Si cette demande a bien été accordée, c’est loin d’être le cas pour les autres tenues vestimentaires. Moult tentatives d’expropriation de l’Algérie de plusieurs de ses tenues qui sont au cœur de son identité sont recensées, notamment dans les pays voisins et autres.
Le caftan, une tenue maghrébine

Costume masculin à son origine, le caftan a été introduit dans les pays du Maghreb par les Andalous au temps de l’Empire ottoman.

Féminisée, cette tenue proclamée de force marocaine est en réalité une tenue maghrébine. Comme il est répandu au Maroc, le caftan est bel et bien porté en Algérie comme dans d’autres pays du grand Maghreb tels que la Libye. «Contrairement au Maroc, l’Algérie a fait l’objet d’une campagne de destruction massive des piliers de l’identité algérienne, dont les effets vestimentaires.

Pour que l’Algérie devienne française, il a fallu que les autochtones du pays portent les vêtements français. Pour ce faire, le colonisateur a ravagé tous les ateliers qui regorgeaient d’un savoir-faire extraordinaire, notamment dans la broderie apportée par les Andalous. Aujourd’hui, la mission est très difficile pour nous, les stylistes.

Réconcilier l’Algérien avec ses tenues d’antan en leur donnant une touche moderne tout en gardant leurs vestiges n’est pas une chose aisée, certes, mais pas impossible”, affirme Nacéra Bouzar, fashion designer. Selon elle, le Maroc n’a pas subi de tels ravages et a pu garder le savoir-faire. Chose qui a permis aux designers marocains de promouvoir cette tenue maghrébine à l’international.

Sans oublier que le caftan est devenu tenue officielle marocaine par la volonté suprême du royaume et non pas seulement des stylistes. Après cette appropriation du caftan, certaines voix marocaines s’élèvent aujourd’hui pour proclamer que la blousa oranaise est aussi marocaine. Pourtant, comme son nom l’indique, cette tenue ne peut être qu’oranaise.

Un patrimoine à sauvegarder

En effet, ce n’est pas seulement la blousa qui est menacée, mais tout le patrimoine vestimentaire. Dernièrement, Le grand designer libanais, Ellie Saab, s’est inspiré du karakou algérois pour faire sa dernière collection. «Pour internationaliser le karakou, il faut qu’il soit bien coupé et travaillé au goût de l’international.

Cette pièce algéroise par excellence, telle qu’elle est présentée aujourd’hui par les designers locaux, reste une pièce folklorique et différente des codes de la mode mondiale. Il faut que cette pièce devienne plus épurée, allégée et facile à porter.

En Occident, on n’aime pas les choses surchargées et qui ne sont pas souples et confortables. Si nous n’arrivons pas à internationaliser nos tenues, c’est notre faute à nous et il faut nous rattraper ”, déclare Karim Sifaoui, fashion designer. Nacéra Bouzar, quant à elle, va au-delà des tenues clichés, telles que le karakou. Pour elle, la melhfa est ancrée dans le patrimoine vestimentaire algérien.

Elle en est même une pièce maîtresse. «La melhfa, ou ce que j’appelle  » Takhellalt » était la base de la tenue berbère dans l’Antiquité et des tenues traditionnelles actuelles. Ce vêtement de femme sans manches, qui s’agrafait avec deux bijoux sur l’épaule, connu également dans l’Antiquité romaine sous le nom de  »péplum », est resté enraciné dans la tenue berbère.

Aucune civilisation n’a réussi à le remplacer ou à lui apporter de grandes modifications, sauf la civilisation arabo-musulmane, qui lui a ajouté des manches et un savoir-faire andalou en broderie. Ce vêtement était en fait composé de deux pièces : la robe intérieure, qui est un tissu cousu des deux côtés, sans manches, et dans une découpe droite et la fameuse melhfa.

La robe de base, ou ce qu’on appelle la gandoura ou  »taguendourt », existe jusqu’à nos jours. Le péplum quant à lui a pris de nouvelles formes et surtout de nouveaux motifs. Aujourd’hui, le principe de la melhfa existe dans la majorité des tenues traditionnelles.

Que ce soit le caftan, la robe kabyle, la melhfa chaouie, le tisseghness du Sahara ou encore la gandoura de Constantine, qui d’ailleurs n’a gardé que la gandoura seulement, ils sont tous issus de la même origine qu’est le takhellalt, une tendance de mode méditerranéenne», explique cette styliste et ingénieur dans les industries textiles et habillement.

Pour la promotion de la tenue algérienne

Promouvoir la tenue algérienne est aujourd’hui une nécessité absolue. Cela ne peut se concrétiser que si tous les efforts se conjuguaient. Pour Sabrina Lafer, détentrice de la maison de haute couture Galerie féminine, internationaliser la tenue algérienne nécessite énormément d’argent.

Pour elle, les défilés à l’étranger sont extrêmement coûteux et loin de la portée des stylistes algériens. «Il en est de même pour les défilés au niveau local.

Toutefois, ils restent plus ou moins abordables et nous permettent d’exposer nos produits et de toucher plus de clients», dit-t-elle avant de souligner que le problème aujourd’hui pour la tenue algérienne n’est pas dans la matière première ou dans le savoir-faire, mais dans la visibilité. Une idée que partage Nacéra Bouzar, qui propose même de créer une entité qui regroupe les stylistes et organise des défilés, tant au niveau local qu’à l’international.

Elle a pris comme exemple la Fédération de la haute couture et de la mode en France qui, justement, rassemble toutes les marques de mode en privilégiant la création et le développement international.

Elle vise à promouvoir la culture française de mode, où la haute couture et la création tiennent le premier rôle en se combinant en toutes circonstances au savoir-faire traditionnel et aux technologies contemporaines. Une entité pareille en Algérie ne sera que bénéfique.

**Asma Bersali / el watan / 12 avril 2018

Image associée

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "Karakou, caftan, hayek et Melhfa"

Image associée

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "Karakou, caftan, hayek et Melhfa"

************************************************

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Change The World Together |
April Bowlby |
Une consultante et ses reto... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luxotesteuse
| L'Opportuniste
| Vieillir ensemble