clin d'œil féminin

Beaucoup de préjugés, de prétentions, de divagations et de mensonges ont désorienté les femmes et les hommes

Educat-Enfant.2

*Education-Enfants-Famille.2

**********************************

Pas assez de sport, trop d’écrans… l’inquiétante sédentarité de nos ados

D’après une étude à paraître lundi, deux tiers des ados sont trop sédentaires, accros aux écrans et pas assez à l’activité physique. L’Agence nationale de sécurité sanitaire s’alarme des conséquences pour leur santé.

 Obésité, troubles du comportement alimentaire, moindre qualité du sommeil, les risques sont importants pour des adultes en devenir.

*Obésité, troubles du comportement alimentaire, moindre qualité du sommeil, les risques sont importants pour des adultes en devenir*21 novembre 2020- Le Parisien

*********************************

avec ou sans confinement, alerte sur la santé des ados

L’usage accru des écrans et le manque d’activité constituent un cocktail dangereux pour les adolescents, prévient l’Anses.

Activité physique : avec ou sans confinement, alerte sur la santé des ados

Un avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) met en exergue l’ampleur du temps passé devant les écrans et sans activité physique, qui provoque des risques pour la santé de deux tiers des jeunes aujourd’hui en France. Le document se fonde des données recueillies avant même les confinements.

Parmi ces dangers figurent le surpoids et l’obésité, des risques cardiovasculaires ou de diabète, mais aussi un sommeil de moindre qualité, met en garde l’institution.

« Ce qui nous inquiète, et c’est pour ça qu’on lance une alerte aux pouvoirs publics, c’est que chez les adolescents entre 11 et 17 ans, deux tiers d’entre eux (66%) sont particulièrement exposés à des risques pour la santé, simplement parce qu’ils ont plus de deux heures d’écran par jour et parce qu’ils sont en dessous d’une heure d’activité physique par jour, ce sont des seuils de danger », détaille la cheffe de l’unité d’évaluation des risques liés à la nutrition de l’agence sanitaire, Irène Margaritis.

L’activité physique « n’est pas un plus, c’est une nécessité »

17% de cette classe d’âge sont classés dans une catégorie encore plus à risque, qui cumule moins de 20 minutes d’activités physiques par jour et plus de 4h30 de sédentarité, souligne l’Anses, qui s’est basée sur les données d’une étude qu’elle avait réalisée en 2017, baptisée Inca3. « A cet âge-là, on sait que ces comportements font le lit des pathologies qu’on va rencontrer à l’âge adulte. Et ces habitudes de vie, en terme de sédentarité et d’inactivité physique, on sait qu’on va les retrouver à l’âge adulte », développe Irène Margaritis.

Dans son avis, l’Anses souligne que « les enfants et les adolescents de familles à faible revenu ou à faible niveau d’étude apparaissent les plus touchés par des niveaux de sédentarité élevés ». Autre constat, une activité physique « qui paraît plus faible chez les filles dans la tranche d’âge des 11-14 ans ».

L’Anses donne l’alerte alors que les confinements du printemps et de l’automne nourrissent encore plus d’inquiétude sur l’inactivité physique et le temps que les adolescents passent devant les écrans. « Il faut repenser la place de l’activité physique dans nos vies, tant du point de vue temporel que spatial. Les rythmes de vie font qu’il est très difficile d’avoir une activité physique en dehors du temps scolaire » à l’adolescence, souligne Mme Margaritis, « mais il faut aussi poser la question de l’urbanisme, des transports, de la possibilité de se déplacer à vélo ou à pied dans les villes ». « L’activité physique et la réduction de la sédentarité ce n’est pas un plus, c’est une nécessité », conclut-elle. *actu.orange.fr/ samedi 21 novembre 2020

*************************************

Deux tiers des ados trop sédentaires :

« Une bombe à retardement », alerte un cardiologue

**L’étude de l’Anses montre que les deux tiers des 11-17 ans se situent à un niveau de risque élevé, ce qui peut se traduire par du surpoids, de l’obésité ou encore une qualité du sommeil et de vie altérée

L'étude de l'Anses montre que les deux tiers des 11-17 ans se situent à un niveau de risque élevé, ce qui peut se traduire par du surpoids, de l’obésité ou encore une qualité du sommeil et de vie altérée.  (NICOLAS CREACH / MAXPPP)

François Carré a réagi à une étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire qui tire la sonnette d’alarme sur les risques de la sédentarité chez les plus jeunes. 

« Nous sommes sur une bombe à retardement », alerte le professeur François Carré, cardiologue et médecin du sport au CHU de Rennes (Ille-et-Vilaine), lundi 23 novembre sur franceinfo, alors que l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) publie une étude sur la sédentarité des adolescents, à partir de données recueillies avant même les confinements. Selon l’Anses, l’ampleur du temps passé devant les écrans et sans activité physique provoque des risques pour la santé de deux tiers des jeunes aujourd’hui en France.  »Le grand problème de cette sédentarité, de cette inactivité, comme le tabagisme, comme la malbouffe, c’est que ça ne tue pas tout de suite, mais ça va tuer dans trente ans », prévient François Carré.

franceinfo : A quel point cette sédentarité est risquée pour notre jeunesse ?

François Carré : Cette sédentarité, il faut d’abord rappeler qu’elle correspond au temps passé assis. Et par exemple, pour compenser huit heures de position assise, il faudrait faire deux heures d’activité physique par jour. Donc le risque de la sédentarité, c’est une prise de surpoids, un essoufflement au bout de deux minutes… Or, il faut se rappeler que l’essoufflement représente votre capacité physique. Et la capacité physique, c’est le capital santé. Donc nos enfants ont un mauvais capital santé. Le grand problème de cette sédentarité, de cette inactivité, comme le tabagisme, comme la malbouffe, c’est que ça ne tue pas tout de suite, mais ça va tuer dans trente ans. Et surtout, un enfant assis sera un adulte assis, plusieurs études l’ont montré, c’est-à-dire que ces ados sédentaires vont continuer parce que c’est leur mode de vie, leurs habitudes. Et ce sont eux qui vont développer des diabètes. Nous avons des diabétiques de 16 ans aujourd’hui.

Faut-il craindre toute une génération en mauvaise santé ?

Ça fait longtemps que nous avertissons l’ensemble de la population et des dirigeants que nous sommes sur une bombe à retardement. Si je reprends l’exemple de nos jeunes diabétiques, s’ils ont vingt ans de diabète, quand ils auront 36 à 40 ans, ils arrêteront de travailler. Parce qu’après 20 ans de diabète, c’est très difficile de travailler, au vu des complications, etc. Cela veut dire qu’il y a une grande frange de la population qui risque d’être inactive à 40 ans. Par contre, les médicaments leur permettront d’avoir une espérance de vie un tout petit peu diminuée. Mais ça va coûter une fortune. Donc, c’est une véritable bombe à retardement sanitaire. Je compare toujours cette chose-là au tabac. Il y a 60 ans, tout le monde fumait. Il a fallu combien de temps pour que la population prenne conscience de la dangerosité du tabac ? Il ne faut pas dire que c’est la faute des enfants, c’est une erreur. Les parents sont des modèles, les parents sont des exemples. Les parents qui bougent ont plus d’enfants qui bougent.

En même temps, c’est compliqué actuellement de faire du sport en période de confinement. Que peuvent faire ces ados ?

Vous avez entièrement raison. En plus, on sait bien que le fait d’être assis fait qu’on grignote davantage. On a le double effet : on ne bouge pas et on mange plus. Et ça s’aggrave dans le confinement. Mais moi, ce que je dis aux enfants, c’est que vous avez une heure pour bouger. Dans votre punition, on vous donne une heure pour vous évader. Prenez-la cette heure, marchez, prenez un ballon, prenez votre vélo. On ne leur demande même pas de faire du sport, mais de bouger. On en est là : il faut bouger.*francetvinfo./ lundi 23 novembre 2020

******************************************

*L’adolescence aujourd’hui commence à 10 ans et se finit vers 24 ans

Avant, selon les scientifiques, l’adolescence s’arrêtait à 19 ans. Mais ça, c’était avant…

Selon le journal Lancet Child & Adolescent Health, l’adolescence aujourd’hui commence à 10 ans et se finit vers 24 ans. Les jeunes continuent leurs études plus longtemps, se marient et font des enfants plus tard. L’entrée dans l’âge adulte est donc reportée. On considère que la puberté commence lorsque la partie du cerveau connue sous le nom d’hypothalamus se met à libérer une hormone qui elle-même active les glandes hypophysaires et gonadiques du corps. Cela avait tendance à se produire vers 14 ans mais ce phénomène apparaît désormais vers l’âge de 10 ans. Au Royaume-Uni, c’est désormais l’âge moyen des premières menstruations. La moitié des filles ont leurs règles à l’âge de 12, 13 ans de nos jours.Selon les scientifiques, le cerveau continue désormais de mûrir au-delà de nos 20 ans et les fameuses dents de sagesse sortent plus tard qu’avant.Les gens se marient généralement au début de la trentaine, huit ans plus tard en cas que la majorité des couples dans les années 1970. L’auteur principale de l’étude, directrice du centre pour la santé des adolescents au Royal Children’s Hospital de Melbourne, plaide pour allonger officiellement la période de l’adolescence. Elle explique à la BBC qu’il faudrait étendre les services de soutien à la jeunesse jusqu’à l’âge de 25 ans. « Notre définition actuelle de l’adolescence est trop restreinte », regrette-t-elle.*7sur7 / 19 janvier 2018

****************************

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Change The World Together |
April Bowlby |
Une consultante et ses reto... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luxotesteuse
| L'Opportuniste
| Vieillir ensemble