clin d'œil féminin

Beaucoup de préjugés, de prétentions, de divagations et de mensonges ont désorienté les femmes et les hommes

Cyber-ados.2

*La fausse calculatrice avait une fonction cachée pour les adolescents

Une fausse calculatrice sur l'App Store

Malgré plus de trois ans de présence sur l’App Store, Apple a décidé de supprimer l’application Calculator%, qui derrière ses apparences de calculatrice, cachait en réalité un espace de stockage secret pour dissimuler des photos ou des vidéos…

**Une application pour dissimuler des photos

C’était une décision attendue. Apple vient de supprimer de son magasin d’applications « Calculator% ». Pourquoi supprimer une calculatrice ? Sans doute parce qu’elle ne servait pas vraiment à ça. C’était plus l’excuse qui permettait aux jeunes d’expliquer à quoi elle servait. En écrivant un simple code au lieu d’une équation complexe, l’utilisateur pouvait accéder à un dossier caché.

Résultat de recherche d'images pour "La fausse calculatrice"

A quoi cela servait-il ? Selon les analyses, l’application était particulièrement appréciée des jeunes et adolescents. Il s’en servaient pour dissimuler, principalement de leurs parents, des contenus pour que ceux-ci ne puissent pas les découvrir et leur dire quelque chose. Au choix photos intimes, échanges coquins ou autres. Cette application n’était bien sûre pas la seule du genre sur l’App Store. Apple semble avoir fait un ménage général.

**Apple savait depuis près de 3 ans

Il était temps diront certains utilisateurs. En effet, Apple ne vient pas vraiment de découvrir le pot aux roses. Cela fait désormais près de 3 ans que le concept était connu. Tout a commencé en septembre 2015.

Dans une vidéo devenue à l’époque virale, une avocate américaine tirait la sonnette d’alarme. Sa vidéo expliquait aux parents comment l’utilisaient potentiellement leurs enfant. Des tutoriels faciles à trouver permettaient ensuite aux parents de faire le tri.

Selon le Figaro, le développeur Digital Mind Co, affichait pourtant en évidence à quoi servaient les applications. Il n’a pas souhaité commenter pour l’instant la suppression des applications. C’est suite à une enquête de police à Durham en Angleterre qu’Apple semble finalement avoir décidé de faire le ménage.« L’application Calculator% est un album photo secret que les enfants utilisent pour cacher des photos ou des vidéos à leurs parents. Nous demandons aux parents d’être vigilants et de décourager leurs enfants d’utiliser ce type d’application » explique un porte-parole de la police. Le ménage a aussi été fait du Play Store d’Android. *presse-citron.net/ PAR EMMANUEL GHESQUIER SUR – jeudi 19 AVRIL 2018 

*******************************

Quatre lycéens soupçonnés d’avoir triché pour le bac grâce à Snapchat

Soupçonnés de triche, quatre élèves du lycée Lucie-Aubrac, à Bollène (Vaucluse), risque de lourdes sanctions. Ils sont suspectés d’avoir pris connaissance des sujets de l’épreuve d’anglais comptant pour le baccalauréat, grâce à une publication qui aurait filtré sur Snapchat. L’établissement a saisi le rectorat de l’académie.

Des fuites du bac sur Snapchat ? Quatre élèves de terminale S, scolarisés au lycée Lucie-Aubrac de Bollène, près d’Avignon (Vaucluse), sont suspectés d’avoir triché lors d’une épreuve du baccalauréat qui s’est déroulée au mois de mars. Ils sont soupçonnés d’avoir eu connaissance du sujet d’une épreuve d’anglais grâce à une publication survenue en février sur le réseau social de partage de photos sur mobile, rapporte, ce jeudi 19 avril, le Dauphiné Libéré.

Les quatre tricheurs présumés, interrogés par le quotidien régional, ont nié « toute intention de fraude ». Selon eux, ils auraient simplement révisé un sujet « qui avait filtré fin février sur un compte Snapchat et manque de pot ou heureusement, c’est celui qui est tombé ».

Les quatre lycéens « ne sont pas connus pour leurs prouesses dans la langue de Shakespeare », précise le Dauphiné Libéré. Ce qui aurait mis la puce à l’oreille à l’établissement, qui a saisi le rectorat de l’académie Aix-Marseille par le biais d’un procès-verbal. C’est le rectorat qui choisira de saisir, ou non, la commission de discipline du baccalauréat.

La commission de discipline doit statuer sous deux mois après la publication des résultats du bac et se prononcer au plus tard en septembre. En attendant, « le candidat ne peut ni obtenir ses résultats, ni s’inscrire dans un établissement public d’enseignement supérieur », explique BFMTV qui rappelle que la triche aux examens est sévèrement punie.

Les fraudeurs risquent de lourdes sanctions disciplinaires, allant du blâme à l’interdiction de se présenter à un examen ou de s’inscrire dans un établissement supérieur pour une durée de cinq ans, en passant par des sanctions pénales pouvant aller jusqu’à 3 ans d’emprisonnement. Par ailleurs, l’épreuve incriminée se voit évidemment sanctionnée d’un zéro pointé.*.ouest-france.fr/  jeudi 19 AVRIL 2018 

************************************

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Change The World Together |
April Bowlby |
Une consultante et ses reto... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luxotesteuse
| L'Opportuniste
| Vieillir ensemble