clin d'œil féminin

Beaucoup de préjugés, de prétentions, de divagations et de mensonges ont désorienté les femmes et les hommes

Divers.2

  **La plus belle hôtesse du monde, c’est une chinoise

Divers.2 135884150_14809945469751n

*Liu Miaomiao, une hôtesse de l’air de Shenzhen Airlines, a été désignée plus belle hôtesse de l’air du monde lors d’une compétition qui a eu lieu en juin 2016 dans la ville de Shenzhen, dans la province du Guangdong (Sud de la Chine). Liu Miaomiao, née dans la ville de Xi’an, dans la province du Shaanxi (Nord-ouest de la Chine), a décidé de devenir hôtesse de l’air il y a six ans. La formation d’orientation de trois mois lui a permis de mieux connaître ses fonctions. « Outre l’entraînement à l’étiquette, comme la pratique du sourire en mordant des baguettes, je devais maîtriser les choses à faire et à ne pas faire du sauvetage d’urgence en cas d’incendie de cabine ou d’évacuation, car les petites erreurs peuvent causer de grandes catastrophes », a souligné Liu Miaomiao.  *Après avoir été promue chef de cabine en 2014, elle a commencé à se concentrer davantage sur les défis et les difficultés qu’un vol quotidien présente. Ainsi, un jour, un vol partant de Beijing a été retardé car il n’avait pas obtenu l’autorisation de décollage du contrôle de la circulation aérienne en raison d’un trafic particulièrement dense. Lorsque Liu Miaomiao et ses collègues ont essayé d’en expliquer les raisons aux passagers, qui étaient déjà en colère contre le retard, ceux-ci ont perdu leur calme. Mais Liu Miaomiao les a apaisés avec son sourire. Ce qui l’a rendue heureuse, c’est que certains passagers lui ont même présenté des excuses à la fin du vol. */french.xinhuanet.com/  jeudi 08 décembre 2016

135884150_14809945472941n

135884150_14809945474001n

**Selon Liu Miaomiao, ce travail lui donne un sentiment de fierté chaque fois qu’elle pense qu’un jour elle pourrait inspirer certains jeunes hommes ou jeunes femmes à devenir des agents de bord quand ils voient son look professionnel en uniforme.

Source de photos : shenzhen airlines

Source de texte : french.china.org.cn

*******************************************

*La reine de Suède assure cohabiter avec des fantômes dans son château

media_xll_9429320

La reine Silvia de Suède assure que le château de Drottningholm près de Stockholm, où elle vit, est hanté, mais précise qu’il s’agit de « fantômes très amicaux », selon un documentaire dont des extraits ont été diffusés mardi par la télévision publique.

« Il y a de petits amis (…) des fantômes. Ils sont tous très amicaux mais quelquefois, vous sentez que vous n’êtes pas complètement seul », raconte la reine, âgée de 73 ans.

« C’est vraiment excitant. Mais vous n’avez pas peur », précise la souveraine, fille d’une Brésilienne et d’un homme d’affaires allemand. 

Et la sœur de la reine, la princesse Christina, n’est pas loin de penser la même chose sur le château de Drottningholm, résidence du roi Carl XVI Gustaf et de la reine Silvia, construit au XVIIe siècle sur l’île de Lovon et inscrit au patrimoine de l’Unesco.

« Il y a beaucoup d’énergie dans cette maison. Ce serait étrange qu’elle ne prenne pas une telle forme », avance-t-elle dans le même documentaire, qui sera diffusé intégralement jeudi.

La Suède, où la majorité des habitants se considèrent comme des « athées convaincus », n’est pas une terre de superstitions, même si d’autres rumeurs de châteaux hantés y circulent.**mardi 03/janvier/2017 – Source: Belga

*********************************************

« flux instinctif libre » ou « free flow instinct »

*Pendant leurs menstruations, certaines femmes décident d’abandonner les protections hygiéniques pour se consacrer au «flux instinctif libre»…

Illustration: certaines femmes décident d'abandonner toutes protections hygiéniques.

*vidéo: les règles sans protection

*Ni tampons, ni serviettes, certaines femmes décident d’abandonner toutes protections hygiéniques

***Oubliés les tampons, mooncup et serviettes hygiéniques, certaines femmes décident de contrôler leurs règles. Baptisée « flux instinctif libre » ou « free flow instinct », cette technique vient tout droit des Etats-Unis et depuis peu de nombreuses jeunes Françaises en sont « gagas ». Censée être écologique pour la planète et pour le corps, elle repose sur un principe simple : apprendre à s’écouter pour empêcher le sang de couler lors des menstruations.

*« J’étais obligée d’aller aux toilettes toutes les demi-heures »

Pour pratiquer « le flux instinctif », il suffirait de contracter son périnée pour retenir le flux à l’intérieur, le vagin marcherait comme un sphincter. « Le sang est sacré, c’est le sang de la conception, le retenir c’est beau », raconte Aurélia Dabon, thérapeute humaniste qui pratique cette méthode depuis deux ans. Selon elle, un peu d’entraînement au cours des 2/3 premiers cycles) suffirait. « Au début, j’étais obligée d’aller aux toilettes toutes les demi-heures pour évacuer. Mais au fur et à mesure on peut tenir plusieurs heures », explique-t-elle. La nuit, en position couchée, le flux se mettrait au repos et le vagin se contracterait naturellement. Cette pratique atténuerait les douleurs et permettrait de vivre ses menstruations sans stress « Je vis mieux mes règles et je ne sens plus rien » explique Aurélia.

Ce témoignage, tout comme ceux de nombreuses bloggeuses, laissent le corps médical assez sceptique. « Pour moi, c’est difficile à croire parce qu’on peut serrer les fesses une journée mais certainement pas la nuit et sur la durée », explique le Dr Jacques Lansac, gynécologue obstétricien au CHU de Tours, soulignant que d’un point de vue physique, le vagin n’est pas un sphincter et ne peut pas marcher comme la vessie ou l’anus. « Le vagin possède un muscle aux extrémités qui peut-être plus ou moins entraîné mais pas au point de retenir tout le sang », explique aussi Martine Mirau, gynécologue.

En revanche, les avis sont plus partagés sur les éventuels risques cette pratique. Garder les flux à l’intérieur de son corps « c’est comme la cup, mais sans cup donc ce n’est pas spécialement risqué », estime le Dr Mirau.

Le docteur Jacques Lansac le déconseille cependant vivement : « le sang doit s’écouler, le vagin n’est pas stérile, c’est un milieu de culture et ça risque de favoriser une multiplication bactérienne. », explique-t-il. Pour ce spécialiste, l’idée selon laquelle le « flux instinctif libre » serait une alternative aux tampons et les serviettes jugéestoxiques est donc une erreur : « parfois certaines femmes oublient leur tampon dans leur vagin, on doit leur retirer et ça sent mauvais, c’est ça qui cause des problèmes, retenir le sang c’est pareil », rappelle-t-il.

Même doute sur la possibilité de réduire la douleur provoquée par les menstruations. Ces douleurs ont une cause tout à fait physique : l’utérus se contracte pour dégager le sang du vagin, cette contraction est douloureuse. « La douleur ne peut pas disparaître parce que l’on retient son flux, c’est dans la tête », s’exclame le Dr Jacques Lansac.

« C’est une image pour se sentir plus forte »

Pour la psychanalyste Geneviève Morel, auteur de Ambiguïtés sexuelles, Sexuation et psychose (Anthropos, 2000), la pratique du « flux instinctif » reposerait avant tout sur certaines croyances : « je pense que c’est un fantasme autour de la conception », explique-t-elle, rappelant que ces jeunes femmes parlent souvent de « sang sacré », un terme qui représenterait le sang qui va nourrir la fécondation.

Le retour à la nature serait donc une mauvaise excuse : « si elles avaient envie d’être naturelles, elles laisseraient justement leur sang s’écouler », estime la psychanalyste. Mais le fait de se contrôler ne répondrait pas non plus à un déni de féminité, car certaines pilules existent justement pour éviter les règles durant plusieurs mois. « C’est plutôt une image pour se sentir plus forte », note-t-elle. *20minutes.fr/12 juin 2015

***********************************

*Elle crée une robe à partir de ses vieux devoirs de maths 

Elle crée une robe à partir de ses vieux devoirs de maths pour la bonne cause

**Canada–vendredi 5/06/201515 / *Lors de sa remise des diplômes, Erinne Paisley a décidé de porter une robe un peu différente. Elle l’a confectionnée à l’aide de ses vieux devoirs de mathématiques pour sensibiliser les autres aux droits des femmes.

Alors que les autres étudiantes canadiennes étaient en train de faire du shopping pour trouver la robe idéale, Erinne Paisley confectionnait la sienne à l’aide de ses vieux devoirs de maths. Elle l’a portée à sa remise des diplômes afin de rendre hommage à la militante pakistanaise Malala Yousafzai. Sensible aux droits des femmes, la jeune activiste a écrit sur sa tenue en papier: « J’ai reçu une éducation. Toutes les femmes n’ont pas ce droit. Donnez sur Malala.org ». 

Pour montrer l’exemple, elle a elle-même versé 250 dollars à l’association, le prix que lui aurait coûté une robe neuve. L’année dernière, Erinne Paisley était présente au We Day en Angleterre, elle y avait alors vu Malala Yousafzai donner un discours. « Être dans la même pièce qu’elle était vraiment très touchant. J’ai été inspirée par elle à un tel point que je ne peux même pas le décrire », a-t-elle expliqué à CBC News. 

errine_3

Militante depuis son entrée au lycée, la jeune fille a cofondé le groupe activiste Action Now et n’a pas hésité à se raser la tête pour l’association Cops for Cancer en première année. Interrogée par Buzzfeed, elle a confié: « Je n’arrête pas de penser au fait que plus de 62 millions de filles dans le monde n’ont pas accès à l’éducation. Alors si cette histoire de robe peut attirer un peu l’attention, c’est juste merveilleux ».*vendredi 5/06/201515 / 7 sur7

*************************************

*Mariah Carey , consommatrice de cannabis?

media_xll_9429029

Juste avant Noël, Mariah Carey a été repérée alors qu’elle quittait « The Original Leaf », un magasin qui vend de la marijuana; une information dévoilée par Daily Mail. Repérée alors qu’elle faisait quelques courses avant le réveillon de Noël, Mariah Carey (47) ne cherchait visiblement pas ses derniers cadeaux.  Il semblerait en effet que la chanteuse ait plutôt décidé de se procurer de la marijuana, légalement vendue dans une boutique d’Aspen (Colorado), « The Original Leaf ». Mariah n’avait cependant rien à cacher; alors qu’elle quittait la boutique, elle n’a en effet pas hésité à sourire aux photographes présents – des photos par ailleurs disponibles ici

Cet épisode s’est ainsi déroulé pas moins d’une semaine avant sa dernière performance à Times Square, qui s’est révélé être un véritable fiasco. La chanteuse, qui accuse la production Dick Clark de sabotage, ne serait cependant réellement pas responsable de ce désastre. Sa manager, Stella Bulochnikov, a en effet expliqué aux journalistes d’EW que la chanteuse a eu des problèmes d’oreillettes, qui étaient déjà défectueuses lors des répétitions. Une histoire étrange, d’autant plus lorsque l’on sait que Stella a demandé à la production de ne pas diffuser le programme, mais que cette dernière a refusé. « Vous préférez donc diffuser un programme avec un pépin technique pour faire le buzz plutôt que de protéger l’intégrité de votre show? », a ainsi répondu, à juste titre, la manager.*7sur7 –mardi 03/janvier/2017

Mariah Carey accuse la production de sabotage

***************************************

*une adolescente mexicaine dépassée par sa proposition sur Facebook aux 1,2 million d’internautes, les invitant à sa fête d’anniversaire.

L'annonce de l'anniversaire de Rubi a été vue par plusieurs centaines de milliers de personnes.

 **voir vidéo:  les 15 années de Rubi

Après avoir posté sur Facebook une invitation pour la fête de ses 15 ans, une adolescente mexicaine a dû faire face au succès de sa proposition et aux 1,2 million d’internautes qui y ont répondu.  L’histoire commence par une vidéo parfaitement innocente postée sur Facebook. On y voit Rubi, une adolescente mexicaine de 15 ans, avec ses deux parents, inviter ses amis et sa famille à sa fête d’anniversaire. « Bonjour, comment ça va ? Nous vous invitons le 26 décembre aux 15 ans de notre fille Rubi Ibarra Garcua, dans la localité de la Joya » affirme ainsi le père de l’adolescente dans la vidéo, avant d’énumérer les groupes de musiciens qui seront présents à la fête et d’indiquer qu’une course de chevaux permettant de décrocher un prix de 500 dollars environ aura lieu. La fête du siècle donc, et la foule d’internautes ayant répondu présent l’avaient bien compris. Car si nombreux sont les amis de Rubi à avoir répondu positivement à l’invitation, des centaines de milliers d’inconnus se sont greffés à l’événement.

*Ainsi, 300.000 personnes ont manifesté leur intérêt pour l’événement sur Facebook et 1,2 million ont annoncé qu’elles seraient présentes. Poussant le gag à son paroxysme, des internautes ont même prétendu queDonald Trump et le président mexicain Enrique Pena Nieto avaient conclu un accord pour que « les immigrés clandestins [vivant aux Etats-Unis] puissent assister aux 15 ans de Rubi » et revenir après au nord de la frontière, selon la mère de Rubi, interviewé par TV Azteca. Le phénomène est même parvenu aux oreilles de la compagnie aérienne mexicaineInterjet qui a lancé sur Twitter une promotion de 30 % sur les billets vers San Luis Potosi, dans la localité de la Joya où aura lieu la fête.La jeune fille s’est pour sa part trouvée dépassée par l’ampleur prise par l’événement et aurait été « triste pendant deux jours » selon son père à TV Azteca. En espérant qu’elle ait trouvé un bunker où fêter son anniversaire.* 20minutes.fr/ jeudi 08 décembre 2016

*******************************************

*La prof de français fumait des joints avec ses élèves

media_xll_7404828

Le tribunal correctionnel de Nivelles a condamné lundi Marjorie C., une enseignante de 33 ans exerçant en Brabant wallon, à une peine de cinquante heure de travail. En avril 2013, elle avait été contrôlée par la police alors qu’elle se trouvait dans une voiture en compagnie de deux jeunes gens, dont un mineur d’âge. Les policiers avaient remarqué la forte odeur de cannabis qui s’échappait de l’habitacle. L’enseignante a avoué qu’elle fumait des joints avec deux anciens élèves, qu’elle considérait comme ses amis.

Trois mois plus tard, lors d’une visite au domicile de la prévenue, les policiers ont trouvé des messages au contenu interpellant dans son GSM. L’enseignante y indiquait par SMS qu’elle participait à un conseil de classe, et qu’elle avait envie d’un « pétard ». Des analyses avaient par ailleurs prouvé qu’elle continuait à fumer. A l’audience, la présidente avait demandé à la prévenue comment les autorités pouvaient lutter contre la banalisation de la consommation de stupéfiants, si des professeurs consommaient du cannabis en compagnie d’anciens élèves. Le ministère public parlait, lui, de faits inacceptables pour une enseignante qui doit jouer un rôle de modèle pour les jeunes. Dix mois de prison avec sursis avaient été requis.La défense avait plaidé la suspension du prononcé
Marjorie C. avait précisé qu’elle avait pris conscience de l’inadéquation de son comportement, et la défense avait plaidé la suspension du prononcé. Le jugement rendu lundi estime que cette mesure de faveur, qui pourrait banaliser les faits, n’est pas opportune. * Source: Belga–Lundi 12 Janvier 2015

******************

*Une femme sur trois en Europe a subi une forme de violence physique ou sexuelle depuis l’âge de 15 ans

C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée par l’Agence européenne des droits fondamentaux (FRA). En Belgique, ce sont 36% des femmes qui sont concernées, souligne mardi l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, en référence aux résultats de l’enquête. Au-delà de la violence physique ou sexuelle, 43% des femmes dans l’UE ont subi au cours de leur vie de la violence conjugale d’ordre psychologique.

Les résultats sont alarmants, notamment au sujet de la violence physique et/ou sexuelle vécue au cours des 12 mois précédant l’enquête, puisque cela touche près de 8% des victimes. media_xll_6543235En Europe, parmi les femmes qui ont, ou ont eu un/une partenaire, 22% (24% en Belgique) ont subi des violences de nature physique ou sexuelle de la part de ce partenaire depuis l’âge de 15 ans. Au total, environ 12% des femmes rapportent avoir fait l’objet d’une forme d’abus ou d’incident sexuel perpétré par un adulte avant l’âge de 15 ans, soit 21 millions de femmes dans l’UE. En Belgique, il s’agit de 14%, précise l’institut pour l’égalité des femmes et des hommes. L’enquête aborde également le phénomène du harcèlement sexuel, mentionnant que plus d’une femme sur deux (55%) dans l’UE a indiqué avoir été victime depuis l’âge de 15 ans (60% en Belgique). Traque furtive
Un chapitre est enfin consacré à la traque furtive (stalking). Il en ressort qu’une femme sur cinq a subi au moins une forme de traque furtive depuis l’âge de 15 ans, dont 5% lors des 12 mois précédant l’enquête. En Belgique, le pourcentage est plus élevé puisque 27% des femmes ont signalé avoir été victimes de traque furtive, tout comme au Danemark, en Finlande et aux Pays-Bas. Plus interpellant, trois faits de ce type sur quatre n’ont jamais été signalés à la police. En Europe, près de 70% des victimes (67%) n’ont pas signalé à un organisme ou à la police l’acte « le plus sévère de violence commise à leur égard par un/une partenaire », met en exergue l’institut pour l’égalité des femmes et des hommes, qui souligne que « selon la FRA, le fait d’aborder les faits avec des tiers est plus fréquent en Belgique » que dans le reste de l’Europe. La pornstar battue récupère doucementSelon l’institut, la Belgique se situe « dans la moyenne européenne concernant les violences physiques et sexuelles subies depuis l’âge de 15 ans » mais apparaît dans le haut du tableau quand il s’agit des violences subies au cours des 12 derniers mois. A l’issue de cette enquête, la FRA formule une série de recommandations, comme celle que « l’UE devrait étudier la possibilité d’adhérer à la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique » (Convention d’Istanbul). L’Agence encourage encore les États membres à développer des plans d’action nationaux axés sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes et à améliorer les approches centrées sur les victimes et leurs droits. L’Agence européenne des droits fondamentaux a interrogé plus de 42.000 femmes dans l’UE, âgées entre 18 et 74 ans entre autres « sur leur vécu en matière de violence physique, sexuelle ou psychologique ». Les questions portaient sur les expériences des femmes depuis l’âge de 15 ans et durant l’année précédant l’enquête.*4/03/014 Source: Belga

*1.500 personnes en Belgique vivent dans des conditions d’esclavage moderne

sexe-01

Pas moins de 1.500 personnes en Belgique vivent dans des conditions d’ »esclavage moderne », selon le rapport annuel Global Slavery Index de la Walk Free Foundation. Au niveau mondial, 35,8 millions de personnes demeurent considérées comme des esclaves.

Les victimes de trafic d’êtres humains, les personnes ayant subi un mariage forcé ou encore les victimes d’exploitation sexuelle sont rassemblées sous ce dénominatif d’esclave moderne ». L’an passé, quelque 30 millions de personnes entraient dans cette catégorie. Le rapport de cette année compile des données plus complètes grâce à une meilleure méthodologie.L’esclavage moderne existe encore dans 167 pays dans le monde, selon le rapport. Le pays le plus touché par ce phénomène est la Mauritanie (4% de la population), l’Ouzbékistan (3,97%), Haïti (2,3%), le Qatar (1,36%) et l’Inde (1,14%). En Europe, le taux le plus élevé se trouve en Bulgarie (0,38%). La Belgique figure avec un score de 0,013%.*17/11/2014 -Source: Belga

**Hommes, femmes ou enfants, près de 36 millions de personnes sont victimes d’esclavage dans le monde.

victime d’exploitation sexuelle ou économique.

Plus de la moitié le sont dans cinq pays: l’Inde, la Chine, le Pakistan, l’Ouzbekistan et la Russie, révèle lundi une organisation de droits de l’Homme.

Selon une enquête menée par la Fondation australienne Walk Free, « l’esclavage moderne est présent dans l’ensemble des 167 pays » couverts par l’étude: il peut s’agir de traite d’êtres humains, d’exploitation sexuelle, de travail forcé, de servitude pour dette ou de mariage forcé ou arrangé. L’organisation a comptabilisé 35,8 millions de personnes réduites en esclavage, un chiffre en hausse de 23% par rapport à 2013, non pas à cause d’une explosion du nombre de cas, mais en raison d’une meilleure méthodologie. L’Afrique et l’Asie rassemblent une grande partie des pays où les « esclaves » sont les plus nombreux. 566.200 personnes réduites en esclavage en Europe
Cinq pays concentrent à eux seuls 61% des personnes exploitées: l’Inde, où « existent toutes les formes d’esclavage moderne », arrive largement en tête avec 14,3 millions de victimes, devant la Chine (3,2 millions), le Pakistan (2,1), l’Ouzbékistan (1,2) et la Russie (1,1). Si l’on examine le pourcentage de la population réduite en esclavage, la Mauritanie connaît la plus forte proportion de victimes d’esclavage moderne (4%). L’esclavage est « héréditaire » et « enraciné dans la société mauritanienne », explique le rapport. Elle est suivie par l’Ouzbékistan, Haïti et le Qatar. En bas du classement, l’Islande et le Luxembourg sont les deux pays les plus exemplaires, avec seulement 100 victimes chacun. L’Europe dispose de la proportion de personnes exploitées la plus faible (1,6%), mais compte quand même 566.200 personnes réduites en esclavage, souvent victime d’une exploitation sexuelle ou économique.*17/11/2014 -Source: Belga

*Ils avait fait venir une jeune femme de Roumanie et l’avait vendue comme une marchandise

Sept individus roumains ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Liège pour des faits de traite d’êtres humains, de viols et de séquestration. En février et mars 2010, l’un d’eux avait fait venir une jeune femme de Roumanie et l’avait vendue comme une marchandise à d’autres « propriétaires ». Deux des prévenus ont écopé de peines de 5 ans de prison ferme.

Les faits avaient été découverts lorsque la jeune femme était parvenue à s’enfuir de l’hôtel dans lequel elle était séquestrée à Alleur. C’est dans cet hôtel qu’elle était forcée de se prostituer. L’enquête a pu démontrer que cette jeune femme avait été attirée en Belgique par un homme qui lui avait promis du travail. Ce Roumain de 43 ans avait décidé de la prostituer.La jeune femme avait refusé de se soumettre. C’est pour cette raison que son premier « propriétaire » avait décidé de la revendre pour la somme de 1.000 euros à un second homme, lequel l’a à son tour revendue pour 1.500 euros à un troisième.Séquestrée et battue, la jeune femme était menacée d’être envoyée dans un réseau de prostitution allemand si elle ne se soumettait pas. Ce style de commerce organisé par les prévenus, assimilé à une prostitution d’appartements et d’hôtels, est une alternative moins visible à la prostitution de vitrine.Deux des prévenus ont été condamnés à des peines de 5 ans de prison ferme. Les cinq autres ont été condamnés à des peines d’1 an et 2 ans de prison. L’action du Centre pour l’égalité des chances, partie civile dans ce dossier de traite d’êtres humains, a été jugée recevable et une indemnisation symbolique d’un euro définitif lui a été accordée.*27/03/2013 -Source: Belga

*Une fillette de 11 ans vendue pour 17.000 euros dans le cadre d’un mariage forcé

**Espagne–27/05/15 - **La garde civile espagnole a annoncé mercredi avoir secouru une enfant de 11 ans vendue pour 17.000 euros en 2014 dans le cadre d’un mariage forcé ayant débouché sur maltraitances et viols.

Cinq personnes issues des deux familles impliquées ont été arrêtées pour « trafic d’être humain, mauvais traitements, vol, abus sexuel, agression sexuelle et exploitation », dans le cadre d’une opération menée à Valladolid (nord) et Séville (sud), a précisé la garde civile dans un communiqué. 

L’enquête a débuté lorsque la garde civile a découvert « la vente d’une enfant, d’une mineure pour 17.000 euros par ses parents pour un mariage en Roumanie », en mai 2014. La petite fille dont les parents résident à Séville (sud), a été maltraitée dès son arrivée à Valladolid (nord) où vivait la famille de l’acheteur. « Ils l’insultaient, la menaçaient, l’agressaient constamment, l’obligeant à avoir des relations sexuelles avec M. », âgé de 19 ans, a précisé la garde civile dans un communiqué. 

Ce jeune homme, ses parents ainsi que les parents de l’enfant, tous de nationalité roumaine selon la presse, ont été arrêtés. 

Ils l’obligeaient également « à faire des travaux agricoles, la récolte de raisins et des pommes de terre, avec des journées de travail intenses et sans recevoir aucune rémunération », ajoute la garde civile.  L’enfant a fini par appeler sa mère au secours mais « le clan familial » auquel elle avait été vendue a exigé 10.000 euros pour la laisser repartir.  Ce « clan » ne l’a renvoyée dans sa famille que lorsqu’ils se sont sentis observés par les forces de l’ordre, assure la garde civile. *27/05/15 -Source: Belga

***********************

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Change The World Together |
April Bowlby |
Une consultante et ses reto... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luxotesteuse
| L'Opportuniste
| Vieillir ensemble