clin d'œil féminin

Beaucoup de préjugés, de prétentions, de divagations et de mensonges ont désorienté les femmes et les hommes

Femmes et principes

*Des femmes et des principes

*******************************

media_xll_10053507

* Beatrice Fihn, directrice de l’ICAN, la Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires 

**

*********************

Résultat de recherche d'images pour "Beatrice Fihn"

Résultat de recherche d'images pour "Beatrice Fihn"

*les « armes nucléaires n’apportent pas la sécurité et la stabilité »

*La présidence de Trump « met en lumière » le risque nucléaire

« L’élection du président Donald Trump a mis beaucoup de gens très mal à l’aise, à l’idée qu’il puisse, à lui seul, autoriser l’utilisation des armes nucléaires », a déclaré la directrice de l’ICAN, Beatrice Fihn, lors d’une conférence de presse à Genève.La Suédoise a également critiqué le fait que le nouvel occupant de la Maison Blanche avait montré qu’il « n’écoute pas » toujours les experts. *cliquer ici: Prix Nobel 2017

*************************************

La victoire des Verts et l’image de l’Algérie véhiculée à travers les médias internationaux

Jeannette Bougrab, apparaît sur Canal+ avec le maillot algérien

 L’autre regard des médias

*photo: Jeannette Bougrab, ancienne secrétaire d’État à la Jeunesse-France

jeanette b

*vidéo: L’ex ministre Jeannette Bougrab apparaît sur Canal+ avec le maillot algérien

Jeannette Bougrab, ancienne secrétaire d’État à la Jeunesse et à la Vie associative dans le gouvernement de François Fillon (France), aujourd’hui avocate au sein du cabinet américain Mayer Brown et depuis la rentrée 2013, chroniqueuse dans le Grand Journal de Canal+, présenté par Antoine de Caunes, a commenté ce mercredi soir la victoire synonyme de qualification de l’Algérie pour la coupe du monde 2014 au Brésil. Jeannette Bougrab, fille de harki, est apparue au cours du Grand Journal vêtue du maillot de l’équipe nationale algérienne et souhaitant bonne chance aux verts. Pour rappel, Mme Bougrab, a effectué, en tant que secrétaire d’État à la Jeunesse, en octobre 2011, une visite officielle de trois jours en Algérie qu’elle avait déjà brièvement visitée en 2003 en accompagnant le président d’alors Jacques Chirac.*algerie1.com/-20.11.2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*Grande Bretagne: démission d’une secrétaire d’Etat contre la politique du gouvernement britannique sur Ghaza

Ghaza meurtrie mais héroïque.7 dans actualité Sayeeda-Warsi

*Sayeeda Warsi, première femme musulmane secrétaire d’Etat au Royaume-Uni, a annoncé mardi sur Twitter qu’elle démissionnait, disant ne plus pouvoir « soutenir la politique du gouvernement sur Gaza ».

« C’est avec un profond regret que j’ai écrit ce matin au Premier ministre pour lui remettre ma démission. Je ne peux plus soutenir la politique du gouvernement sur Gaza », a écrit Sayeeda Warsi, actuelle secrétaire d’Etat au ministère des Affaires étrangères, sur son compte officiel Twitter.

Depuis le début de l’agression israélienne contre Gaza, Londres a défendu le droit d’ « Israël » à se défendre, tout en appelant à une réponse « proportionnée ». Mme Warsi est une femme politique d’origine pakistanaise qui avait été nommée en septembre 2012 secrétaire d’Etat au ministère des Affaires étrangères et secrétaire d’Etat chargée des croyances et des communautés.

Elle était responsable des questions ayant trait à l’Afghanistan, au Pakistan, au Bangladesh, à l’Asie centrale, aux Droits de l’homme, aux Nations unies, aux organisations internationales et à la Cour pénale internationale, précise le site internet du gouvernement.

Elle était également chargée de toutes les questions concernant le ministère des Affaires étrangères à la chambre des Lords, la chambre haute du parlement britannique.

Elle a été précédemment présidente du Parti conservateur et secrétaire d’Etat sans portefeuille. Elle est également une sénatrice conservatrice qui siège à la Chambre des Lords.

Lundi, le Premier ministre britannique David Cameron a affirmé que les Nations unies ont eu « raison » de condamner la frappe qui a tué 10 Palestiniens dans une école de l’ONU à Gaza.

Très prudent sur le sujet, David Cameron n’a pas voulu dire s’il s’agissait d’une violation du droit international et a été critiqué ces derniers jours par l’opposition travailliste, qui lui reproche de ne pas adopter une ligne plus dure vis-à-vis des crimes israéliens.

Mardi à 8H00, un cessez-le-feu de 72 heures est entré en vigueur dans la bande de Gaza d’où l’armée israélienne s’est retirée après presque un mois de massacres contre les civils.

Au total, plus de 1.850 Palestiniens, dont près de 400 enfants et plus de 200 femmes sont tombés en martyre, selon les secours locaux. Côté israélien, 64 soldats et trois colons ont trouvé la mort.*Source: Agences-mardi, 05 août 2014 *cliquer ici:Ghaza meurtrie mais héroïque.7

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**Une femme voilée à la Maison Blanche –

daliamogahed.bmp 

*Dalia Mogahed, conseillère de Barack Obama.

Une femme en hidjab à la Maison-Blanche ? Impossible ? C’est pourtant une réalité depuis quelques mois. Dalia Mogahed, une jeune Egyptienne d’origine, a été nommée conseillère des affaires religieuses dans l’Administration du président Barack Obama.Le nouveau locataire du bureau ovale, lui-même grande surprise de l’année 2008, a en effet signé le 5 février dernier un décret exécutif instituant le « Bureau des partenariats religieux » à la Maison-Blanche où siège la jeune Dalia Mogahed. De fait, elle est la première musulmane américaine d’origine arabe à entrer tous les matins à la Maison-Blanche avec son voile islamique pour conseiller le président des Etats-Unis. C’est sans doute un grand tabou qui vient d’être cassé pour une Amérique puritaine voire allergique à tous ce qui touche l’Islam et les musulmans. C’est aussi une belle leçon de tolérance et de la reconnaissance du mérite que vient de donner Obama à la France, notamment où le port du voile a été interdit, y compris dans les écoles.
Dalia Mogahed, qui se dit être « fier d’être la première musulmane à entrer à la Maison-Blanche », est désormais membre à part entière du conseil consultatif des religions Faith Based-Comité, composé de 25 autres personnalités issues de confessions différentes. Cette jeune femme a forcé le respect par son talent qu’elle étale dans les publications du célèbre institut Gallup dont elle est chef de division des études islamiques. Son livre : Who speaks for Islam (Qui parle au nom de l’Islam ?) dont de larges extraits ont été publiés par la très sérieuse revue de l’université de Harvard Harvard International Review, semblent avoir convaincu le président américain de son talent et de son ouverture d’esprit. « Ma tâche consiste à aider le président des Etats-Unis à mieux connaître les musulmans loin du prisme déformant de la violence », commente Dalia Mogahed.

*Une femme d’origine amérindienne nommée juge fédérale

*Une première historique!

Une femme d'origine amérindienne nommée juge fédérale, une premièreDiane Humetewa est devenue la première femme d’origine amérindienne à être nommée juge fédérale aux Etats-Unis. Le Sénat a approuvé à l’unanimité la proposition du président Obama. Deux personnes d’origine amérindienne avaient déjà été nommés juges fédéraux dans le passé mais il s’agissait à chaque fois d’hommes. Diane Humetewa, 49 ans, travaillait jusqu’à présent comme enseignante à l’Université de l’Etat d’Arizona. La National Conference of American Indians estime que cette nomination est « historique ».* Source: Belga*mai 2014

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

wafa_mvt chasseur

**Maroc: 2 ans de prison pour une militante du 20-Février

*Selon son son avocat, c’est un « verdict politique injuste »

*La jeune femme avait été « enlevée » en avril dernier et « jetée dans une voiture banalisée » après une manifestation à Tanger. Elle avait été torturée  puis abandonnée au bord d’une route.

Maroc : Appel pour la libération de Wafaa Charaf, jeune militante des droits des ouvrières

*Finalement, la jeune militante marocaine des doits humains wafa Charaf a été condamnée mardi à deux ans de prison ferme par le tribunal de Tanger, dans le nord du Maroc.

Jugée en appel par le tribunal de Tanger, la jeune militante du mouvement du 20 Février, qui avait appelé en 2011 à un changement politique au Maroc en plein  Printemps arabe, a été condamnée mardi à deux ans de prison ferme pour « allégation mensongère de torture », rapporte le président de l’Association marocaine des droits humains (AMDH), Ahmed el Haij. En août dernier, Wafaa Charaf, militante du parti de gauche Ennahdj Eddimocrati (La Voix démocratique) avait été déjà condamnée à un an de prison et 50.000 dirhams (près de 4.500 euros) de dommages et intérêts, ainsi qu’une amende de 1.000 dirhams.

Les faits remontent au mois d’avril dernier lorsque Wafa Charaf a déposé une plainte contre la police Tangéroise pour enlèvement et torture. La militante de 26 ans a affirmé notamment que le 27 Avril 2014, elle a été enlevée par des policiers en civil et jetée dans une voiture banalisée à la fin d’une manifestation ouvrière contre le licenciement de travailleurs d’une société privée. Elle a également affirmé avoir été  »séquestrée plusieurs heures, torturée et insultée avant d’être abandonnée » au bord d’une route à 12 Km du centre ville. Le 4 août, Charaf est arrêtée par la police à son domicile, et présentée devant un juge d’instruction, avant d’être accusée « d’allégation mensongère de torture » et d’ »atteinte à la police ».

L’avocat de la jeune militante Me Mohamed Sadqo, avait dénoncé la première condamnation qu’il a qualifiée de « verdict politique injuste », en « violation de la constitution marocaine et des conventions internationales contre la torture que le Maroc a signées ». Dans un appel international pour la libération de Wafa Charaf lancé le 19 septembre dernier, la ligue internationale des droits de l’homme avait dénoncé le procès de la militante du mouvement du 20 févier.

 »Le procès de Wafaa est un procès politique. Il montre la complicité entre les autorités marocaines et les grands groupes industriels qui veulent faire taire la voix des défenseurs des droits des travailleurs », indique cet appel de la Ligue. Ce procès, est-il écrit,  »s’inscrit dans un contexte marqué par la répression sauvage des militants et de tout citoyen épris de justice et de liberté (…) il montre le vrai visage du régime marocain (…) ».

Un autre militant, Boubker Khamlichi, poursuivi pour « complicité » dans le cadre de la même affaire, a été condamné à un an de prison avec sursis après avoir été innocenté en première instance, a indiqué le président de l’Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendante).

La jeune femme avait porté plainte affirmant avoir été « enlevée » en avril dernier et « jetée dans une voiture banalisée » après une manifestation à Tanger, où elle réside. Elle avait ajouté avoir « été torturée » puis « abandonnée au bord d’une route », en périphérie de la ville. Arrêtée à son domicile, Mme Charaf a été présentée le 4 août 2014 devant un juge d’instruction puis accusée « d’allégation mensongère de torture » et d’ »atteinte à la police ». *maghrebemergent*21/10/2014 |

**La condamnation de Wafaa Charaf confirme les atteintes aux droits de l’Homme au Maroc

Wafaa Charaf, 26 ans, est actuellement en prison au Maroc. Militante politique au sein du Mouvement du 20-février (M20F) et du parti La Voie démocratique (VD), membre de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) à Tanger, elle fait partie de ceux qui ne se taisent pas. De ceux qui dérangent, donc, au plus haut niveau de l’Etat marocain. Des représentants d’associations, syndicats et partis politiques français et marocains se sont rassemblés jeudi après-midi devant l’ambassade du Maroc à Paris pour dénoncer la répression politique dans le royaume de Mohammed VI.

Une délégation des signataires de l’appel pour sa libération avaient demandé une audience à l’ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa. Peine perdue. Le 14 août étant un jour férié au Maroc, les policiers ont tranquillement éconduit la délégation, arguant que l’ambassade était tout simplement fermée. Saïd Sougty, secrétaire régional de VD Europe, parle du « mépris » de l’ambassadeur envers les militants du NPA, du Parti de gauche, de l’Afaspa, du Mrap, de la LDH ou de l’AMDH qui avaient fait le déplacement.

« Notre indignation est totale aujourd’hui et nous continuons le combat auprès des prisonniers politiques. Ne soyez pas étonnés que les grèves se multiplient au Maroc, qu’il y ait des manifestations, parce que le peuple est au bout de sa patience. »

Le rassemblement s’est terminé par une minute de silence pour Moustapha Meziani, un étudiant mort menotté à un lit d’hôpital dans la nuit de mercredi à jeudi après une grève de la faim de plus de deux mois.

Le cas de Wafaa Charaf : retour sur les faits

waffa Charaf

Le 27 avril dernier, alors que Wafaa Charaf quitte une manifestation de soutien aux ouvriers grévistes de l’usine Greif, dans la zone franche de Tanger, elle est enlevée par des hommes en civil et emmenée de force dans un véhicule banalisé à 12 km de la ville. Ses kidnappeurs, qui se présentent comme des policiers, l’interrogent sur ses activités politiques, syndicales et associatives, sur ses contacts. Pendant plusieurs heures, des coups, des insultes… et la menace d’autres sévices si elle ne cesse pas de militer. « On lui a bien signifié qu’il faut qu’elle se calme et qu’elle arrête ses activités », explique Fatima Har, de l’association Ailes-FM. Après l’avoir intimidée, les « policiers » cassent son portable et l’abandonnent sur le bord de la route.

La jeune femme dépose plainte auprès des autorités judiciaires de Tanger. « Pour les besoins de l’enquête », elle est régulièrement convoquée au commissariat. Des convocations répétées qui s’apparentent bientôt à du harcèlement et à une forme de vengeance des autorités pour avoir osé dénoncer les méthodes policières. Sa famille en fait également les frais. « Sa mère, son père et sa jeune soeur ont eux aussi été interrogés par la police, pendant plusieurs heures », ajoute Fatima Har. Wafaa Charaf décide finalement de ne pas se présenter à l’une de ces convocations. Le 9 juillet, la police vient l’arrêter au domicile de ses parents. Inculpée avec un autre militant d’ »accusations calomnieuses » et pour avoir porté plainte pour des faits qui n’ont pas eu lieu, elle est placée en détention préventive jusqu’à son procès. Le 12 août, après plus de 20 heures d’audience, Wafaa Charaf est reconnue coupable de toutes les charges retenues contre elle. Le tribunal la condamne à un an de prison ferme, 5 000 dirhams d’amende et 50 000 dirhams de dédommagement pour la partie civile (près de 5 000 euros). L’autre prévenu, Boubker Khamlichi, est relaxé.

Dans son rapport de mission pour l’Afaspa, Michèle Decaster raconte comment elle a été arrêtée et séquestrée par la police marocaine et empêchée d’assister au procès. La secrétaire générale de l’Afaspa rapporte également qu’une trentaine d’avocats avait « volontairement pris la défense des accusés » et démontré « les nombreuses irrégularités de procédure et l’absence de preuve de l’accusation ». Selon Amnesty International, « un avocat de la défense a indiqué que le tribunal avait refusé d’appeler des témoins clés et n’avait pas révélé l’existence d’un enregistrement téléphonique qui a été déterminant pour la condamnation de la jeune femme ».

Après plus d’un mois en détention, la jeune femme, incarcérée à la prison de Tanger, aurait un bon moral, assure Fatima Har. Mais ses soutiens s’inquiètent pour l’état de santé physique de cette jeune fille « assez frêle ». Wafaa Charaf a fait appel de sa condamnation. Tout comme Oussama Housne, lui aussi militant du M20F, également membre de l’ADMH, condamné le 23 juillet à trois ans de prison ferme et 100 000 dirhams d’amende. Son crime ? Il a porté plainte après avoir été enlevé, torturé et violé par des « inconnus ».*.humanite.fr/Samedi, 16 Août, 2014

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*********************

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Change The World Together |
April Bowlby |
Une consultante et ses reto... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luxotesteuse
| L'Opportuniste
| Vieillir ensemble