clin d'œil féminin

Beaucoup de préjugés, de prétentions, de divagations et de mensonges ont désorienté les femmes et les hommes

Cœur de femmes

*Pour avoir le cœur heureux

Cœur de femmes coeurheureux_v_0

***Avoir un cœur en santé ne signifie pas seulement s’en occuper physiquement et médicalement. La santé affective joue aussi un rôle clé. Voici des choses que vous pouvez commencer à faire aujourd’hui pour avoir la joie au cœur.

Il est intéressant de constater combien de gens fuient les conseils de santé affective. Ils croient que la santé du cœur nécessite des mesures plus sérieuses : médecine, suppléments, régimes alimentaires rigoureux, programmes d’exercices soutenus. Mais il y a plus que ça. Des recherches ont confirmé le pouvoir de guérison d’une attitude positive et d’un bon rire. Une certaine spiritualité peut aussi être bénéfique. Ceci n’est pas une médecine alternative ou une pensée magique vers l’éternelle jeunesse recherchée par les baby-boomers. Le bonheur est important. Les six étapes suivantes sont indispensables au programme de 30-minutes-par-jour.

joiechamps_v

1. Élevez votre âme

Croire, que ce soit en un être supérieur, à la puissance de la nature ou en vous-même est fondamental et sain. La base de tout ça, c’est l’optimisme. Les gens qui utilisent des mots tels que « joie » et « espoir » pour décrire leurs attitudes envers la vie, survivent une décennie à leurs homologues plus pessimistes. Quelle que soit la situation que vous vivez, le pouvoir de dissiper la colère et de profiter des bonnes choses de la vie est entre vos mains.

plage_femme_v_2

2. Profitez de la vie

Après avoir quitté la maison familiale et signé un prêt hypothécaire de 25 ans, nous arrêtons d’avoir autant de plaisir. Nous avons tous des responsabilités d’adulte sérieux, mais nous avons aussi la responsabilité envers notre cœur de nous laisser aller et d’avoir des plaisirs enfantins. Des études démontrent que les personnes dont la vie est remplie de rires sont beaucoup moins susceptibles d’avoir une maladie cardiaque.

03_relax_291_0

3. Répétez des rituels de détente

À mesure que la vie nous agresse, le stress augmente et les maladies cardiaques deviennent plus probables. Vous ne pouvez pas changer le monde, mais vous pouvez modifier votre réaction aux irritants. Des rituels quotidiens comme la méditation, le yoga, les moments tranquilles, la relaxation à l’heure du coucher, ou simplement la promenade du chien peut apaiser le stress et réduire votre risque de maladie cardiaque.

chambrerelaxante_v_0

4. Créez un havre de paix

On dit que là où est le cœur, là est le foyer. Alors, assurez-vous de faire du vôtre un refuge pour votre cœur. Créez une ambiance apaisante avec des fleurs fraîches et des plantes, de la musique,une chambre à coucher relaxante et un lieu calme où vous vous retrouvez quand vous avez besoin de réfléchir. Soyez détendu la plupart du temps plutôt que d’être stressé. Cela peut réduire de moitié votre risque de maladie cardiaque.

06_share_291_0

5. Partagez

Le cœur est plus sain et plus heureux quand il est en compagnie des autres. Ne soyez pas occupé au point de ne pas avoir de temps pour vos proches, que ce soient votre famille ou vos amis.*source: selection.readersdigest.ca

************************

*Savez-vous que l’infarctus tue six fois plus de femmes que le cancer du sein?

 A son réveil, un matin de janvier 2000, Chantal Hamelin, 42 ans, ressent une curieuse fatigue. Son cou est douloureux, et elle se sent essoufflée. Vers 17 heures, comme son état ne cesse d’empirer, une amie la conduit à la clinique. Elle est persuadée qu’elle rentrera à temps pour préparer le souper de sa fille de neuf ans. Mais rien ne se passe comme prévu. En quelques minutes, le médecin diagnostique un infarctus et appelle l’ambulance.

healthyheart_230_eh5

Un infarctus! Chantal n’en revient pas. Elle n’éprouve aucune douleur à la poitrine! «Mais lorsque je suis arrivée à l’urgence et que j’ai vu l’équipe médicale s’affairer autour de moi, j’ai compris que c’était grave.» Elle restera hospitalisée une quinzaine de jours.

Chantal Hamelin a eu de la chance: l’an dernier, 37000 Canadiennes ont succombé à une maladie du cœur ou à un AVC (accident vasculaire cérébral). «La maladie cardiaque est en progression chez les femmes», dit le Dr George Honos, cardiologue et porte-parole de la Fondation des maladies du cœur. Et pour la première fois depuis 30 ans, les maladies cardiovasculaires tuent autant de femmes que d’hommes.

Il existe plusieurs raisons au fait que, comme le constate le Dr Honos, «les femmes font moins d’infarctus, mais en meurent plus souvent.»

D’abord, parce que les symptômes de l’infarctus au féminin ne se déclinent pas toujours comme dans les livres de médecine. Au lieu de l’habituelle douleur à la poitrine ou au bras, les femmes peuvent ressentir de vagues malaises: essoufflement, douleurs aux épaules et au dos, nausée, fatigue extrême… Autre facteur aggravant: les femmes attribuent souvent leurs symptômes à un autre problème de santé. 

• Le taux de mortalité serait aussi plus élevé chez les femmes parce qu’elles sont plus fréquemment victimes de «crises cardiaques silencieuses», passées inaperçues. Le «premier» infarctus est souvent chez elles le deuxième, voire le troisième… «Les médecins ont découvert que j’avais d’autres cicatrices sur le cœur, raconte Chantal Hamelin. J’avais peut-être déjà fait trois crises cardiaques sans le savoir.»

• On observe  enfin un certain manque de vigilance de la part du corps médical. Tous les médecins que nous avons consultés l’admettent. Parlez-en à Carolle Riendeau. Cette mère de famille de 46 ans, très active et sportive, commence à ressentir des engourdissements dans les bras et les mains. Certains jours, sa jambe gauche est insensible. Comme elle est dans la quarantaine et qu’elle fait plus jeune que son âge, l’éventualité d’une maladie cardiaque n’est jamais évoquée. Et comme personne ne trouve rien… on lui conseille de prendre des vacances. 
Six mois après l’apparition des premiers symptômes, elle fait un infarctus lors d’un voyage au Costa Rica. 

«Même si certains médecins prétendaient le contraire, j’ai toujours su que j’avais des problèmes cardiaques, conclut Carolle Riendeau. Tous les signes étaient là, et j’aurais dû les écouter. Alors, ne faites pas comme moi. Aux premiers malaises inexpliqués, faites-vous confiance et insistez!» *source: selection.readersdigest.ca

***********************

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Change The World Together |
April Bowlby |
Une consultante et ses reto... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luxotesteuse
| L'Opportuniste
| Vieillir ensemble