clin d'œil féminin

Beaucoup de préjugés, de prétentions, de divagations et de mensonges ont désorienté les femmes et les hommes

La première femme élue maire de Tunis

Classé dans : actualité,femme — 3 juillet 2018 @ 18 h 50 min

**Femmes algériennes et autres –31

***********************************

Souad Abderrahim, première femme élue maire de Tunis 

La première femme élue maire de Tunis  dans actualité 7805337_3af2c2e2-7eab-11e8-94b6-fc48b78d4772-1_1000x625

La candidate du parti Ennahdha, en tête des élections municipales de mai dernier, a été élue maire de Tunis mardi  03 JUILLET 2018

Une femme à la tête de la capitale d’un pays arabe est déjà un événement inédit. Alors que dire si elle est soutenue par une formation islamiste réputée pour son conservatisme ! Pourtant, Souad Abderrahim, élue maire de Tunis ce mardi, était bien la candidate soutenue par les islamistes d’Ennahdha. Et ce mardi, la pharmacienne de 53 ans au look moderne, qui tranche avec le conservatisme de son parti, a été élue après deux mois de tractations. Ennahdha avait obtenu 21 sièges sur 60 au scrutin municipal au suffrage universel de mai dernier, premier du genre depuis la chute de l’autocrate Ben Ali.

Souad Abderrahim, qui fréquente depuis des années les islamistes, a de longues années de militantisme à son actif. Dans ses années étudiantes, elle ferraille au sein au sein de l’Union générale tunisienne des étudiants (UGTE), proche des islamistes, contre les rivaux de gauche de l’Union générale des étudiants de Tunisie (UGET), qui s’opposent malgré leurs sigles quasi identiques. « Elle avait déjà un fort tempérament et un caractère de chef », se rappelle le politologue du Centre arabe d’analyses et de recherches politiques et sociales de Genève Riadh Sidaoui, qui l’a côtoyée pendant ses années universitaires.

L’UGTE, accusée d’être le bras des islamistes d’Ennahdha au sein des universités, sera finalement dissoute en 1991 par le président Ben Ali. Sans cacher ses sympathies pour les islamistes, Souad Abderrahim, qui revendique son côté moderne et libéral, abandonne le voile au bout de quelques années.

Un retour en force après la chute de Ben Ali

Et pendant le long règne du potentat, jusqu’à la révolution populaire de 2011, l’activiste fait profil pas et se consacre à son nouveau business de vente de produits pharmaceutiques. La politique la rattrape à la chute de Ben Ali : elle entre aussitôt au Parlement sous l’étiquette Ennahda. « Elle fait partie des islamistes latents, ils se retirent pendant la tempête et reviennent en force dès que l’occasion est favorable », souligne Riadh Sidaoui.

Ses propos de 2011 sur les libertés qui doivent être « encadrées par les coutumes, les traditions et le respect des bonnes mœurs » avaient choqué les défenseurs des droits de l’homme. Alors, pour tenter de retrouver une image de femme moderne, Souad Abderrahim s’est excusée et revendique depuis des « idées libérales et réformatrices », avec un programme électoral axé sur la proximité avec les citoyens. La nouvelle députée brigue et obtient aussi la présidence de la commission sur les droits de l’Homme et les libertés.

Aujourd’hui, les regards du pays et du monde entier sont tournés sur Tunis, dont la maire a été élue pour la première fois démocratiquement et pas nommée par des notables locaux. Pour cet enjeu capital, « présenter une femme candidate était un coup politique pour Ennahdha : c’était une bonne affaire pour son image à l’intérieur mais aussi à l’extérieur du pays », analyse Hasni Abidi, directeur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen. « C’est la stratégie d’Ennhadha de présenter des vitrines libérales pour montrer qu’ils ne sont pas radicaux », précise Riadh Sidaoui.

Pour l’emporter, Souad Abderrahim a du composer avec les réticences du parti libéral Nidaa Tounès, allié de gouvernement avec Ennahdha et fort de 17 sièges au conseil municipal de Tunis. Certains de ses caciques estiment qu’elle n’est qu’une devanture des islamistes. « Mais ça n’aurait pas été bon pour l’image du parti de s’opposer à une femme, surtout vu son profil moderne », estime Hasni Abidi. Au final, la nouvelle élue a obtenu 26 voix contre 22 pour Kamel Idir, le candidat de Nida Tounès.

Malgré les embûches, la militante qui soigne ses tenues vestimentaires modernes et occidentales n’a jamais reculé pour obtenir ce poste très convoité, vitrine à l’international. Mais certains de ses opposants voient aussi dans cette élection un tremplin politique pour les prochaines élections législatives de 2019. Riadh Sidaoui précise : « Ils craignent une islamisation par le bas comme en Turquie, avec Erdogan qui a été maire d’Istanbul avant de devenir président ».

Dans les tractations qui se sont éternisées depuis les élections de mai, une chose n’a pas bougé, au profit de Souad Abderrahim : les 21 élus d’Ennadha, disciplinés, ont fait bloc derrière elle. Même si la base du parti, plus radicale, « ressent un certain malaise », selon Riadh Sidaoui. Mais le politologue ajoute : « Détenir la mairie de Tunis, l’un des maroquins les plus prestigieux et symboliques, pourrait la contenter. » *.leparisien /  mardi 03 JUILLET 2018

***************************************

Personne, quand, au tournant du siècle, Madeleine Albright dirigeait la diplomatie américaine, ne pouvait deviner que la promesse démocratique universelle allait, en quelques années, se retourner brutalement... (Ici, à la convention démocrate en 2016 à Philadelphie).

Démocraties: où en sommes-nous ? 

*un livre de Madeleine Albright 

***Fascism. A Warning est le récit, à la première personne, d’un imprévu majeur de l’Histoire. D’entrée, Madeleine Albright sollicite la mise en garde de Primo Levi, à la fin de sa vie : « Chaque époque possède son propre fascisme. » Alors, la nôtre ? Près de trois décennies après la chute du mur de Berlin, où en sommes-nous ? *cliquer ici: ELAyam-5

**************************************

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Change The World Together |
April Bowlby |
Une consultante et ses reto... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luxotesteuse
| L'Opportuniste
| Vieillir ensemble