clin d'œil féminin

Beaucoup de préjugés, de prétentions, de divagations et de mensonges ont désorienté les femmes et les hommes

La femme dans tous ses états-25-

Classé dans : actualité,beauté,couple,famille,femme,société,sport.féminin — 25 mars 2017 @ 18 h 00 min

**  Femmes algériennes et autres –25 -

**************************************

         Maman, je t’aime !

**La fête des Mères dimanche 28 mai 2017

La fête des Mères est une journée internationale célébrée dans plusieurs pays du monde, pour honorer et rendre hommage à toutes les mamans. La date des fêtes des mères n’est pas fixe, elle varie d’un pays à l’autre. Mais la plupart des pays célèbrent cette fête au mois de mai. Par exemple, en Espagne et au Portugal, elle est célébrée le premier dimanche de mai. Au Canada, en Belgique et en Australie, le deuxième dimanche, 08 mai. En Belgique, c’est aujourd’hui dimanche 14 mai 2017, la Fête des Mères. Cela veut donc dire que les mamans sont célébrées aux quatre coins du pays, et gâtées comme il se doit; leurs enfants s’agitent dès le matin, leur offrent des cadeaux et gravitent, toute la journée, autour du centre d’attention qu’elles représentent.  En Algérie, Tunisie, Maroc et France, la fête des Mères est célébrée le dernier dimanche du mois de mai, c’est-à-dire le 28 mai 2017.

Maman, je t'aime ! dans actualité media_xll_7693998

**La fête des Mères est une fête annuelle célébrée par les enfants- grands ou petits- en l’honneur de leur mère dans de nombreux pays. Compte tenu de la longévité de la vie, cette fête est marquée également par les adultes de tous âges pour honorer leur mère. Chez les Musulmans, la mère a un statut particulier: elle doit-être vénérée presque comme un sainte. Elle ne doit jamais manquer de rien. Elle ne doit pas être abandonnée dans des auberges ou des asiles pour vieux. Un hadith du prophète rappelle que les portes du Paradis se trouvent sous les pieds des mamans. En Islam, il n’y a pas un jour pour les mères; ce sont tous les jours qui lui sont consacrés pour lui donner amour, dévouement, bonheur, respect et considération. On ne doit jamais dire  »OUF  » à sa maman! Ni s’adresser à elle, sur un ton élevé ou énervé! Et c’est la même chose pour les papas.

*Fête des mères 2017 : attention, ne vous trompez pas sur la date

 La femme dans tous ses états-25- dans actualité media_xll_9720017

*Oui, c’est une belle journée pour les mamans. Mais précisément, c’est leur seule et unique journée, rien que pour elles, sur toute l’année. Alors cette journée, il est important qu’elle reste précisément celle des mamans. Chères mères, ne faites donc pas ce que l’on attend de vous, mais plutôt ce que vous, vous avez envie de faire.

media_xll_9720018 allaitement.naturel dans beauté

*Si certaines femmes aiment passer la journée en compagnie de leurs rejetons, à jouer et à s’occuper d’eux, nombreuses sont celles qui, l’espace d’une journée, aimeraient pouvoir s’occuper d’elle et uniquement d’elle.  »La plupart des femmes veulent juste du temps libre pour la Fête des Mères. C’est littéralement le seul cadeau que nous voulons: du temps pour nous, sans nos enfants », explique ainsi Stephanie Simpson Lazenby, de Redbook. « Mes amies et moi n’avons jamais parlé du cadeau que nous voudrions recevoir de la part de nos partenaires ou enfants pour la Fête des Mères. Quand les mamans disent qu’elles ne veulent aucun cadeau, on le pense réellement. Aucun cadeau. Aucune obligation de famille. Juste la plus précieuse des commodités: le temps ». »Je ne déteste pas être une mère. J’aime mes enfants et ça ne me dérange pas du tout de jouer mon rôle de mère toute l’année. Mais s’il doit y avoir une journée en mon honneur, j’aimerais pouvoir en profiter », confie quant à elle Meredith Gordon de Momtastic. « Je voudrais que la Fêtes des Mères soit centrée sur moi. Je voudrais profiter de ma journée pour faire les choses que j’aime sans la pression de devoir être mère ».

media_xll_9720020 Festival.de.Cannes dans couple

*Alors aujourd’hui, si vous aussi avez besoin d’un peu de temps pour vous, profitez donc de votre journée sans culpabiliser. Aujourd’hui, vous pouvez demander ce que vous voulez, faire une petite pause de vos obligations maternelles, ne pas courir après vos enfants, ne pas s’acharner à mettre un terme aux disputes de frères et soeurs, ne pas gérer les mauvaises humeurs de la maison, ne pas faire la vaisselle, ne pas préparer de goûter. Aujourd’hui, relaxez-vous, lisez un bon roman, faites la grasse matinée, allez vous promener, seule ou accompagnée. Sortez, respirez, et prenez soin de vous le temps d’une petite journée.*source: 7sur7 dimanche 14/05/2017

consulter par ailleurs: cartes de voeux gratuites

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**Opération coup de poing 

« Toutes en burkini sur les plages du Festival de Cannes

Women in burkinis on Cronulla Beach, Sydney, Australia

*****Rachid Nekkaz, le militant algérien des droits de l’homme et de la femme, entend organiser un événement qui fera date et débat intitulé son opération coup de poing « Toutes en burkini sur les plages du Festival de Cannes. un événement spécial sur les plages de Cannes afin de célébrer la sage décision du Conseil d’Etat en date du 26 août 2016 qui garantit la liberté de se baigner en BURKINI sur les plages françaises. Cette opération aura lieu le Vendredi 26 Mai 2017 de 14h à 16h en face de la Croisette et sur les plages de Cannes à 48h de la remise de la Palme d’Or.*cliquer ici: Autopsie d’une opposition.3

Résultat de recherche d'images pour "burkini"

Résultat de recherche d'images pour "burkini"

Plage des Catalans à Marseille, le 16 août.

*Plage des Catalans à Marseille, le 16 août 2016

Le conseil d’Etat a invalidé l’arrêté du maire de Villeneuve-Loubet, estimant qu’il constituait «une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales», alors que le trouble à l’ordre public n’était pas établi dans les faits.

«Le juge des référés du Conseil d’Etat conclut que l’article 4.3 de l’arrêté contesté a porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle», écrit le Conseil d’Etat dans son communiqué de presse. «La situation d’urgence étant par ailleurs caractérisée, il annule l’ordonnance du juge des référés du tribunal administratif de Nice», qui avait validé l’arrêt, «et ordonne la suspension de cet article», précise-t-il.

D’un point de vue juridique, le juge des référés rappelle que si «le maire est chargé de la police municipale», il «doit concilier l’accomplissement de sa mission de maintien de l’ordre dans la commune avec le respect des libertés garanties par les lois». Des restrictions de ces libertés devraient donc être «adaptées, nécessaires et proportionnées au regard des seules nécessités de l’ordre public». Or, à Villeneuve-Loubet, «aucun élément produit devant [le Conseil] ne permet de retenir que des risques de trouble à l’ordre public aient résulté, sur les plages de la commune [...], de la tenue adoptée en vue de la baignade par certaines personnes».

Cette décision est une victoire pour les opposants aux arrêtés «anti-burkini», qui dans leur formulation visent les tenues non «respectueuses des bonnes mœurs et de la laïcité» et ont donc également permis aux polices de Nice et Cannes de verbaliser des femmes portant un simple voile.

Lors de l’audience publique tenue jeudi, Patrice Spinosi, l’avocat de la Ligue des Droits de l’homme qui avait porté ce recours devant le Conseil d’Etat, avait rappelé que le burkini est «en réalité un voile porté sur une tenue courante adaptée pour la baignade», et non un habit «intégriste», comme cela a été parfois dit. Si l’arrêté de Villeneuve-Loubet se retrouve de facto invalidé, ceux des autres communes restent toujours en vigueur tant qu’ils n’ont pas été contestés devant la justice.*source: liberation.fr/  26 août 2016

******************************************

*29 mars : Journée mondiale de l’allaitement

skikda_1049983_465x348

Autrefois, il était naturel et inné. Aujourd’hui, l’allaitement maternel fait débat dans nos sociétés. Faut-il rechercher la cause de cette évolution dans les campagnes de promotion des laits maternisés des grands industriels ? ou encore dans les combats de certaines féministes en mal de reconnaissance ? La Journée Internationale de l’Allaitement permet de médiatiser le sujet et, surtout, de rappeler aux femmes (et aux hommes également) les bienfaits de l’allaitement en terme de santé pour le nourrisson.*cliquer ici: le lait maternel, meilleur pour la santé des nourrissons

tte4.jpg

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**Les brunes sont de meilleures épouses

*Elles auraient de meilleures qualités domestiques, selon un sondage

Les meilleures épouses

Les brunes seraient donc, selon la gent masculine des femmes plus « profondes » et « raisonnables », et excelleraient dans les tâches ménagères et la cuisine. Elles prendraient également plus soin de leur apparence. les hommes pensent que les brunes ont plus d’expérience et sont plus performantes sous la couette !Contrairement aux idées reçues, les hommes ne seraient finalement pas attirés par le stéréotype de la beauté blonde et fatale…*cliquer ici:La femme idéale

Les brunes sont de meilleures épouses dans actualité

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**Décès de Izza Bouzekri, veuve de Abane Ramdane

Izza-Bouzekri-324x235 fête.des.Mères dans famille

Mme Dehilès,  Izza Bouzekri, veuve de Abane Ramdane et du colonel Slimane Dehilès dit Si Sadek est décédée ce mercredi 17 mai 2017 en son domicile à l’âge de 89 ans. Elle a été inhumée jeudi au cimentière d’El Alia en présence de ses proches, des amis, d’anciens moudjahidine, des universitaires et quelques figures politiques.

Madame Dehilès est née à La Casbah en 1928., Izza Bouzekri a rejoint  la Révolution très jeune. Elle a commencé à militer en 1947 au sein de l’AFMA (Association des femmes muslmanes algériennes) sous l’égide du MTLD. Dès le déclenchement de la Révolution, elle cherche à rejoindre le FLN. Elle sera présentée en juillet 1955 à Abane Ramdane en tant que secrétaire dactylo. , Izza Bouzekri a rejoint  la Révolution très jeune.

            **Un destin d’exception

Izza Bouzekri, veuve de Abane Ramdane, puis du colonel Dehilès, est décédée hier à Alger à l’âge de 89 ans. Elle fut actrice et témoin de premier plan d’événements qui ont marqué la guerre de Libération. Deux jours avant son décès, une équipe d’El Watan s’était déplacée chez elle pour recueillir ses témoignages.

Un des acteurs et témoin d’événements majeurs survenus lors de guerre de Libération nationale vient de s’en aller. Izza Bouzekri, qui a partagé durant quelques mois la vie du géant Abane Ramdane, avant d’épouser, en 1959, un autre grand dirigeant de la Révolution, le Colonel Slimane Dehilès, est décédée. Elle est partie comme elle a vécu : dans la discrétion.

Elle avait 89 ans. Deux jours avant son décès, la rédaction d’El Watan l’avait rencontrée chez sa fille. Récit. «Vous êtes un monument !» C’est sur cette phrase dithyrambique que Omar Belhouchet, plein d’émotion, et votre serviteur quittions, ce lundi 15 mai, celle qui portait le titre de «veuve» à deux reprises. Veuve Abane, ou veuve Dehilès ?

Les deux noms reviennent dans toutes ses discussions et celles de ses invités. C’était le cas ce jour-là, lorsque nous décidions de recueillir le témoignage de cette grande dame qui, en plus d’avoir partagé la vie de ces deux monuments de la Révolution algérienne, fut une militante acharnée du Mouvement national, puis, une fois la guerre d’indépendance déclarée, du combat libérateur. Fatiguée, Izza Bouzekri n’a pas été loquace.

Aimable, affable et malgré le poids de l’âge et de la maladie, elle a gardé, jusqu’à la dernière minute, une mémoire intacte. La fébrilité de son corps, écrasé par le poids des années et les affres des souffrances, n’a pas fait oublier à la grande dame des anecdotes vécues ou partagées avec des hommes et femmes illustres qui ont marqué l’histoire de ce pays. Elle se rappelle, avec amertume, des années de terrorisme et s’émerveille devant l’engagement et le combat des journalistes.

Elle raconte, non sans humour et un sourire en coin, le jour où Abane l’a trouvée réveillée «le corps couvert de puces». C’est dire que l’appartement où elle vivait et travaillait dans la clandestinité n’était «pas propre». La maison est située dans le quartier européen d’Alger. De Abane Ramdane, qu’elle «voyait rarement», car «il travaillait beaucoup», elle garde l’image d’un homme «austère» mais qui «partage avec les autres».

Et contrairement aux idées reçues, l’architecte du Congrès de la Soummam n’était pas «autoritaire». Bien au contraire. «Il se pliait à la majorité», tranche la veuve, qui parle sereinement, calmement mais d’une voix sûre. Même lorsque sa fille qu’elle a eue avec le Colonel Dehilès, présente lors de l’entrevue, lui demande quel mari était Abane, la dame répond, sans amertume : «C’était un grand homme. Evidemment qu’on ne pouvait pas être d’accord sur tout, mais il écoutait, partageait et ne cherchait jamais à avoir le dernier mot.»

Une vie de combattante

Plus en profondeur, la moudjahida raconte que des hommes comme Abane, Ben m’hidi, Benkhedda, Ouamrane et son dernier mari, Slimane Dehilès qu’elle appelle par pudeur «Le Colonel», «ne se trouvent pas partout». Elle se souvient que lorsqu’elle se maria avec Abane, il souffrait d’un ulcère. Mais, «il refusait d’améliorer son alimentation, parce qu’il estimait que c’était l’argent des Algériens», se souvient-elle.

Puis, c’était encore pour des raisons budgétaires que le chef historique avait tergiversé à ramener sa famille, une fois poussé à l’exil à Tunis. De ses années de clandestinité, vécues aux côtés de Abane, mais également de Ben m’hidi, Benkhedda et d’autres, c’est dans une maison clandestine qu’elle tapait et ronéotypait des tracts du FLN et d’autres documents.

Elle se souvient du jour où sa compagne de combat, l’autre secrétaire du CCE (Comité de coordination et d’exécution), s’était faite arrêter par l’armée coloniale. «Je suis venue voir Nassima Hablal pour qui je ramenais des documents. Je trouve le quartier bouclé. Pour faire diversion, j’ai dit à sa mère que je suis venue les inviter à une fête de mariage !» Rires. «Ah, la pauvre Nassima», soupire Izza Bouzekri qui se rappelle de cette dame morte il y a quelques années.

Ces témoignages sont parfois entrecoupés par des silences. C’est le signe que notre illustre hôte est fatiguée. «Mais tu auras d’autres occasions de raconter», plaisante sa fille. «Ah, pour le peu qui me reste à vivre», répond, taquine, la vieille maman qui déclenche des rires mêlés à un peu de mélancolie.

Nous nous disions au fond de nous-mêmes que cela pouvait être une prémonition. Devant l’état de santé de la vieille combattante, nous avons décidé de la laisser se reposer avec la promesse de la revoir pour arracher un maximum de témoignages. Mais le sort en a décidé autrement. Car, si elle a décidé d’observer la stricte discrétion durant les 50 ans d’indépendance, Izza Bouzekri traîne derrière elle une riche vie de militante.

Cette native de La Casbah en 1928 a tété à la mamelle du militantisme dans les années 1940. Elle fréquente les cours d’arabe dispensés alors par l’illustre Tayeb El Oqbi. Elle se souvient avec émotion des chants patriotiques qu’elle entonnait avec ses camarades. Elle nous «psalmodie» un morceau de Min djibalina. Dès le déclenchement de la guerre, celle qui épousera Abane Ramdane en 1956 fait tout pour intégrer le FLN. Un rêve exaucé. Elle a dactylographié l’essentiel des documents du CCE dans un minuscule appartement de la capitale.

Avec Nassima Hablal, elle classait méticuleusement  une bonne partie de la documentation qui a servi au Congrès de la Soummam. Ses mains avaient également dactylographié les premiers numéros du journal El Moudjahid. Izza Bouzekri, pour qui le ministère des Moudjahidine a rendu hommage, sera inhumée, aujourd’hui au cimetière El Alia.
 ***Ali Boukhlef el watan / jeudi 18 mai 2017

*****************************************

La sénatrice française LeIla Aïchi bientôt en campagne à Alger

Les vaines agitations du makhzen

**La République en Marche, nouveau mouvement d’Emmanuel Macron, ne capitule pas devant les lobbies marocains.

Résultat de recherche d'images pour "leila aïchi sénatrice de paris"

*sur la phto:Leïla Aïchi

Leïla Aïchi, la candidate de la neuvième circonscription des Français de l’étranger, membre du Modem de François Bayrou investie sous l’étiquette de la REM, n’a pas été retirée de la liste des candidats aux législatives des 11 et 18 juin 2017, comme l’ont prétendu certains médias marocain. La campagne médiatique acharnée lancée par le makhzen à travers ses relais médiatiques et ses lobbys en France et ailleurs contre la sénatrice Leila Aïchi, suite à son investiture par La République en Marche du président Emmanuel Macron comme candidate du parti pour les prochaines élections législatives françaises, au titre de la 9e circonscription des Français établis hors de France, n’a finalement servi à rien, sinon à révéler le sectarisme et l’étroitesse d’esprit des auteurs de ladite campagne. *cliquer ici: ELAyam.5

****************************************

*Theresa May, la Première ministre britannique, et Nicola Sturgeon, son homologue écossaise, posent  côte à côte 

Résultat de recherche d'images pour "Theresa May et Nicola Sturgeon"

Le tabloïd anglais a suscité la polémique avec sa Une du 28 mars, où posent côte à côte Theresa May, la Première ministre britannique, et Nicola Sturgeon, son homologue écossaise.

Le Daily Mail fait rarement dans la finesse. Et l’a une fois de plus démontré ce mardi 28 mars 2017. À deux jours du déclenchement du Brexit, le tabloïd anglais a publié en Une une photo montrant Theresa May et Nicola Sturgeon lors de leur rencontre en Ecosse, lundi. La Première ministre anglaise avait fait le déplacement pour rappeler à son homologue que ce n’était pas le bon moment pour réclamer l’indépendance de son pays. « Ma position n’a pas changé et elle est très simple: au moment de commencer les négociations pour quitter l’Union européenne, nous devrions nous rassembler plutôt que de nous diviser », a assuré May qui rencontrait la cheffe du gouvernement écossais.Cette rencontre était très attendue suite à l’annonce d’un nouveau référendum en Ecosse fin 2018 ou début 2019. Malgré la gravité de l’instant, le Daily Mail a préféré souligner, au travers d’un jeu de mot sans relief, la silhouette des deux dirigeantes.« Peu importe le Brexit, qui gagne au concours de gambettes? », interroge le tabloïd. Ce dernier précise par ailleurs qu’il n’y a pas eu de « crêpage de chignon » entre les deux dames, malgré une rencontre « particulièrement froide ». Un point de vue indigne souligné par de nombreux internautes, sur Twitter ou Facebook, et plusieurs personnalités politiques britanniques, comme Ed Miliband, l’ex-chef du Parti travailliste.*source; 7sur7 / mardi 28 mars 2017

*************************************

19 ème marathon du fitness Sahli Noredine.Alger

*samedi 13 mai 2017, à la salle OMS Hamid KermaliMarathon du Fitness Féminin-SAHLI NoureddineLe club Amal Riadi de Aïn Benian, sous les auspices et le parrainage de la direction de la jeunesse, des sports et loisirs de la wilaya d’Alger, organise le marathon du fitness Sahli Noredine. Cet événement dont c’est la 19e édition, aura lieu le samedi 13 mai 2017, à la salle OMS Hamid Kermali, Bains-Romains, Hammamet, Alger. Le marathon Fitness-aérobic, baptisé en hommage au regretté Sahli Noredine, ancien président du club Amal Riadi de Aïn Benian, une tradition et un événement connu pour être annuel, est devenu mensuel depuis 2016, perpétué par la dynamique, disponible et bénévole présidente de ce club, Sahli Sarah. Une ancienne championne d’Algérie de demi-fond (1200 m), «drivant» un team local de Aïn Benian regroupant 600 adhérents, entre enfants et adultes, affiliés à la Fédération algéroise et à la Ligue algérienne de gymnastique. Le sport, le bénévolat et le fair-play sont une affaire de famille chez les Salhi. Tel père, telle fille. La réussite de ce mouvement est due aussi à la bonne volonté et à l’investissement du staff technique de ce club.*EL.W- 11/05/2017

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

** L’Ansej, les femmes prioritaires

Depuis la création de l’Ansej, seulement 10% des projets financés ont été portés par des femmes, bien que leur participation a carrément doublé depuis 2011. Sur 42 832 projets financés en 2011, seulement 2951 ont été portés par des femmes, soit 7%. En 2016, sur les 11 262 projets financés, 1550 ont été portés par des femmes, soit 14%. «Pourtant, leur taux est minime dans les projets en échec», explique Mourad Zemali. L’Agence a donc entrepris de lancer «un couloir vert» pour encourager leurs projets. Désormais, leurs dossiers seront étudiés en priorité.*F.B / ELW / 13 mai 2017

**********************************

*Législatives 2017.Algérie…jeudi 04 mai 2017 

Bousseka Khadoudja, une avocate engagée conduit la première liste féminine aux législatives à Chlef

<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
	Bousseka Khadoudja<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
 » src= »http://www.elwatan.com/images/2017/04/12/chlef_2624938_465x348.gif » /></a><a title=trans filles.kidnappées.violées dans femme trans Izza.Bouzekri dans société trans journée.allaitement dans sport.féminin trans lait.maternel

Son engagement sans faille pour son parti, le FNA, son courage et ses solides convictions politiques ont fini par être récompensés.

Il s’agit de l’avocate et présidente du bureau de wilaya du Front national algérien (FNA) à Chlef, Bousseka Khadoudja, 38 ans, qui se voit ainsi confier la responsabilité de conduire la première liste féminine aux élections du prochain Parlement, une initiative originale et unique dans le pays.

Elle a créé l’événement en présentant une liste composée uniquement de femmes universitaires soutenues par leurs collègues hommes. «Nous n’y allons pas pour une exhibition, mais bien pour défendre nos convictions et nos idées ainsi que les propositions marquantes du programme électoral de notre parti», précise d’emblée Khadoudja, une avocate en exercice depuis 2008, bardée de diplômes universitaires, dont des licences en droit, en langue anglaise et en enseignement d’EPS.

Et de préciser que «les candidates ont été sélectionnées sur la base de critères précis et rigoureux, notamment le militantisme et le niveau universitaire, car l’élu au Parlement est appelé non seulement à se prononcer sur des questions importantes concernant le pays et son peuple, mais aussi il peut être nommé à une fonction ministérielle».

Selon Khadoudja, la confection d’une liste 100% féminine, comprenant essentiellement des universitaires et des cadres, est en soi un encouragement et une reconnaissance aux femmes militantes du parti ayant investi les structures locales.

Ce choix, approuvé et soutenu par les commissions électorales du FNA, à leur tête le président Moussa Touati, s’est imposé comme l’option à privilégier par le FNA. «D’abord, parce que le nombre des candidatures des femmes est largement supérieur à celui des hommes (soit 58 dossiers contre 36) et ensuite, parce que l’élément féminin est plus présent dans les instances locales du FNA à Chlef», souligne-t-elle.

Cela ne doit rien au hasard mais bien au travail accompli par cette infatigable avocate qui allait remplacer avec succès, dès 2006, l’ancien responsable du bureau de wilaya et ex-député du FNA, limogé par Moussa Touati. Elle s’est attelée non seulement à structurer et élargir les instances de base du parti sur l’ensemble du territoire de la wilaya, mais aussi à intégrer de nouveaux militants et militantes.

Pari donc réussi pour cette dirigeante engagée puisque ses prévisions ont été largement dépassées, dans la mesure où de nombreuses femmes cadres et des diplômées des universités activent déjà aux côtés de leurs collègues hommes afin de consolider la présence de leur formation sur la scène politique. Nous l’avons rencontrée la semaine dernière au siège du FNA, au centre-ville de Chlef, où elle s’affairait à préparer le lancement de la campagne électorale, dont le coup d’envoi a été donné dimanche au CCI de Chlef par le président du parti, Moussa Touati.

«C’est une forte marque de soutien à nos candidates qui vont s’engager dans la bataille électorale avec sincérité et plus de détermination.Malgré nos moyens limités, nous allons essayer de convaincre les électeurs désabusés quant à la possibilité d’avoir des députés à la mesure de leurs attentes et leurs espérances. Ceci, d’autant plus que notre liste a trouvé un écho favorable auprès des franges de la société.

Nous avons réuni des compétences variées provenant de toutes les régions de la wilaya, à l’image de la praticienne hospitalo-universitaire, Syhem Braïkia, spécialiste en oncologie représentant la daïra côtière de Ténès, et de Fouzia Mitt, licenciée en langue arabe, issu d’Oued Fodda», a déclaré fièrement Bousseka Khadoudja qui se dit optimiste quant à cette première participation féminine dans ce genre de rendez-vous électoral dans le pays. Elle sait que la tâche n’est pas aisée, mais elle a à cœur de relever le défi avec ses coéquipières. 
 **Ahmed Yechkour /  el watan : jeudi 13 avril 2017 

***********************************

***Le juge auditionne les filles kidnappées et violées

Le viol

*L’affaire du taxi clandestin qui se faisait passer pour un policier sur le réseau social Facebook, qui, par ailleurs, avait kidnappé 165 jeunes filles et violé quelque 70 d’entre elles, a connu des développements. Kors d’une conférence de presse, le commissaire de police et chef de la sûreté urbaine de Dély Ibrahim, a révélé que 14 téléphones portables des victimes identifiées ont été exploités, ce qui a permis de convoquer certaines de ces jeunes filles afin d’être auditionnées par le juge d’instruction près le tribunal de Chéraga. Ces filles agées de 19 à 31 ans, sont en majorité des étudiantes.*cliquer ici: D’ici et d’ailleurs-3

*************************************

media_xll_9668487 Leïla.Aïchi

Deux femmes meurent enfermées dans un sauna

Deux femmes, la mère et sa fille, sont mortes en République tchèque piégées à l’intérieur d’un sauna dont la poignée de la porte s’est cassée, a indiqué dimanche la police.

« La mère et la fille, âgées respectivement de 65 et 45 ans, prenaient un sauna chez des amis », près de Jicin au nord-est de Prague, selon la police tchèque.« La poignée de la porte du sauna a cassé et les deux femmes se sont trouvé piégées à l’intérieur. Elles ont tenté de briser la vitre de la porte mais n’ont pas réussi », a précisé la porte-parole de la police Iva Kormosova.Inquiète de ne pas voir les deux femmes revenir du sauna, sa propriétaire est allée vérifier ce qui se passait et elle les a retrouvées allongés sur le sol. Elles sont restées à l’intérieur environ 90 minutes.  Appelés sur place, les secouristes ont confirmé leur mort.*dimanche 16/04/17 – Source: Belga

************************************

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Change The World Together |
April Bowlby |
Une consultante et ses reto... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luxotesteuse
| L'Opportuniste
| Vieillir ensemble